February 3, 2023
Dons aux entreprises sociales : le régime fiscal applicable


L’Agence du revenu a publié la réponse à la question no. 593 du 19 décembre 2022 au sujet du régime fiscal des dons libéraux visé à l’article 83, paragraphes 1 et 2, du décret législatif 3 juillet 2017, n. 117 (CTS) en faveur d’une Consortium.

Avec le décret législatif 3 juillet 2017, n. 117 (publié au Journal officiel du 2 août 2017, n. 179) a été approuvé, en application de l’article 1, paragraphe 2, lettre b) de la loi du 6 juin 2016, n. 106, le ”Code du Tiers Secteur” qui prévoit la réorganisation et la révision organique de la réglementation en vigueur concernant les entités du tiers secteur (”ETS”).

L’article 83 du même CTS prévoit également qu’un montant égal au 30 pour cent des dépenses engagées par le contribuable pour les dons en espèces ou en nature en faveur des entités du tiers secteur visées à l’article 82, alinéa 1er, pour un montant total par exercice fiscal n’excédant pas 30 000 euros. Le montant visé à la période précédente est porté à 35 pour cent des charges supportées par le contribuable, si le don est en faveur d’associations.

Les dons en espèces ou en nature versés en faveur des institutions de la Tiers secteur visées à l’article 82, alinéa 1er, par les personnes physiques, morales et sociétés sont déductibles du revenu net global du sujet payeur dans la limite de 10 % du total des revenus déclarés.

Tout excédent peut être calculé en augmentant du montant déductible du revenu total des périodes fiscales suivantes, mais pas au-delà de la quatrième, à concurrence de son montant.

Sur la base du paragraphe 3 suivant, les dispositions relatives aux prélèvements et déductions s’appliquent à condition que les dons soient utilisés sur la base des dispositions de l’article 8, paragraphe 1, du CTS, en vertu desquelles les actifs du secteur des entités tierces , y compris tout revenurentes, rentes, revenus quelle qu’en soit la dénomination est utilisé pour l’exercice de l’activité statutaire à la poursuite exclusive de fins civiques, de solidarité et d’utilité sociale.

D’un point de vue subjectif, la facilitation prévue par l’article 83 s’applique, en vertu du paragraphe 1, aux sujets qui effectuent dons en espèces o en nature au profit du STE visé à l’article 82, alinéa 1er, ou à toutes les Entités immatriculées au registre national unique du tiers secteur prévu par l’article 45 du même CTS (RUNTS), y compris les coopératives sociales et à l’exclusion des entreprises constituée en société.

Tout le monde peut devenir une entreprise sociale entités privéesy compris ceux établis dans les formes visées au livre V du code civil, qui, conformément aux dispositions du présent décret, exercent à titre stable et principal une activité commerciale d’intérêt généralà but non lucratif et à des fins civiques, solidaires et d’utilité sociale.

Par conséquent, sur la base de la disposition susmentionnée, ils peuvent assumer le statut de entreprise sociale « toutes les entités privées », y compris les consortiums, y compris ceux constitués sous forme de sociétés. Il n’y a donc aucune exclusion quant à l’état civil qui peut être assumé par l’entité ”entreprise sociale”à condition qu’elle relève des types de sujets privés reconnus et existant dans l’ordre juridique.

Les exceptions à cette règle sont les hypothèses régies par l’article 1, paragraphe 2 du décret législatif n. 112 de 2017, en vertu de laquelle les sociétés constituées par un actionnaire unique personne physiqueles administrations publiques et les entités dont les statuts limitent, même indirectement, la fourniture de biens et de services en faveur des seuls membres ou associés.

En outre, conformément à l’article 11 du CTS, pour les entreprises sociales, l’immatriculation dans la section appropriée du registre du commerce satisfait à l’exigence d’immatriculation au RUNS.

Ainsi, lorsque les conditions requises pour la qualification d”’entreprise sociale” (dont l’évaluation est du ressort du Ministère du Travail et des Politiques Sociales) existent, l’institution fait partie des bénéficiaires de dons déduits du revenu global ou de l’impôt brut déductible de le donateur, conformément à l’article 83 du CTS précité.

Par l’équipe éditoriale

Copyright © – Reproduction réservée



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *