January 30, 2023
Coupe du monde 2022, Croatie-Maroc 2-1 : Modric & Cie troisième


Au Stade International Khalifa Gvardiol et Dari ouvrent la danse, puis Orsic décide du match d’un droit magique

La Croatie clôture la Coupe du monde 2022 à la troisième place. Dans la finale de consolation, l’équipe de Dalic bat le Maroc 2-1 et termine le tournoi sur le podium. Un match joué à un rythme élevé et avec de nombreuses occasions se déroule au Khalifa International Stadium. Dans la première moitié Gvardiol (7′) conclut un coup franc à la perfection et débloque le match, puis Dari (9′) égalise le score en anticipant Livakovic et Orsique (42e) fait avancer les Croates d’un sort du pied droit. But qui décide du match et de la troisième place de Qatar 2022. En effet, en seconde période, les équipes continuent de pousser, mais ne parviennent plus à marquer.

LE MATCH
Rythme, objectif et spectacle. Au Qatar, la finale consolation est une fête pour tout le monde. Pour la Croatie, qui clôture tout de même une Coupe du monde sur le podium, confirmant qu’elle est l’une des équipes les mieux équipées et les plus solides de la scène. Et pour le Maroc, la grande surprise de cette édition. Une surprise pleine d’excellents joueurs et avec une grande envie d’émerger pour inspirer tout un continent. Tableau d’affichage en main, Croatie-Maroc est départagé par une perle d’Orsic, mais les hommes de Regragui sortent tout de même du terrain la tête haute, faisant preuve d’organisation et de qualité de jeu. Bien sûr, l’écart entre Ziyech & Co. et les vice-champions du monde 2018 est là. Surtout en termes de personnalité. Mais la “finale” Qatar 2022 confirme que la direction prise par le Maroc est la bonne.

Pour sa dernière sortie au Qatar, Dalic laisse Brozovic meurtri sur le banc et opte pour un 4-4-2 fluide et dynamique. N’ayant rien à perdre et en quête d’un résultat historique, Regragui opte plutôt pour un 4-3-3 à traction avant avec El Khannouss et Sabiri aux côtés d’Amrabat. À un bon rythme et avec peu de tactiques, les équipes ont commencé fort en jouant ouvertement et en marquant deux buts en moins de dix minutes. Gvardiol sortait de l’impasse en coup franc de la tête dans un schéma parfait sur coup franc croate, puis Dari égalisait immédiatement le score en devançant Livakovic après avoir dévié un autre coup franc. Appel et réponse qui illuminent le match et renforcent les qualités des simples. D’un côté c’est Modric et Perisic qui donnent le ton et inventent, de l’autre c’est à El Khannouss de bousculer les lignes avec Ziyech et Boufal. Court et compact, le Maroc ferme bien les lignes de dépassement, s’appuie sur Amrabat et repart en poussant surtout à droite. La Croatie, en revanche, mise tout sur la possession et les manœuvres raisonnées à la recherche d’une supériorité sur les ailiers. Un pied droit de Stanisic monte haut, puis Bounou bloque une tête centrale de Kramaric et bloque un pied gauche empoisonné de Modric. Des opportunités auxquelles les hommes de Regragui répondent coup par coup en s’accrochant aux jeux dans le détroit des simples. En-Nesyri se positionne mal sur un centre avec le compte-tours d’Hakimi, puis Boufal ne parvient pas à terminer une belle combinaison avec Ziyech et El Khannouss au but. Jusqu’à la demi-heure, le match se joue à un rythme soutenu, mais le match reste équilibré. Puis la Croatie élève le centre de gravité, augmente la pression et en fin de première mi-temps pousse le ballon à travers Orsic. Servi dans la surface par Livaja, l’international du Dinamo Zagreb a battu Bounou d’un pied droit magique qui touche le poteau et entre dans le but. Tir qui se moque du Maroc et clôt la première mi-temps du match.

La deuxième mi-temps débute avec l’entrée de Chair sur le terrain à la place de Sabiri et une nouvelle tentative d’Orsic qui fait peur à Bounou. La Croatie garde le ballon en main à un bon rythme, mais le Maroc tient le coup en verticalisant pour En-Nesyri et en s’accrochant au pied gauche de Ziyech, centré par Regragui pour donner plus de qualité à la manœuvre. Avec l’avantage, les hommes de Dalic gèrent la possession avec précision avec Modric et Kovacic dans le médian et tentent de placer le coup de grâce. En attaque, il y a cependant un manque de malice et de précision et le Maroc reste dans le coup. Grâce à quelques problèmes physiques, Regragui jette Ounahi, Zaroury, Benoun et Amallah dans la mêlée. Dalic fait plutôt venir Vlasic, Petkovic et Pasalic. Des mouvements qui changent un peu l’inertie du match et illuminent la fin. Plus agressif, le Maroc gagne des mètres et pousse. La Croatie, en revanche, bat en retraite, se couvre et joue une touche. Un pied droit de Vlasic part haut, puis l’arbitre Al Jassim lâche un contact très incertain dans la surface entre Gvardiol et Amrabat. Épisode qui anticipe légèrement une super intervention de Livakovic sur En-Nesyri. Un arrêt qui, conjugué à un but raté de Kovacic et une tête haute d’En-Nesyri dans le temps additionnel, clôturait le match. Après la deuxième place en 2018, la Croatie ne s’est pas trompée lors de la finale au Qatar et s’est “consolée” avec la troisième place. Le Maroc, en revanche, termine une fabuleuse Coupe du monde la tête haute.

LA TABLE
CROATIE-MAROC 2-1
Croatie (4-4-2) :
Livakovic 7 ; Stanisic 6, Gvardiol 7, Sutalo 6, Perisic 7; Majer 6 (21′ st Pasalic 5.5), Modric 7, Kovacic 6.5, Orsic 7.5 (50′ st Jakic sv); Kramaric 6 (16′ Vlasic 6), Livaja 6 (21′ Petkovic 5.5).
Disponible: Grbic, Ivusic, Barisic, Erlic, Lovren, Brozovic, Budimir, Sosa, Vida, Juranovic, Sucic. Tout.: Dalic 6.5
Maroc (4-3-3) : Bounou 6; Hakimi 6.5, El Yamiq 5.5 (22′ st Amallah 5), Dari 6.5 (19′ st Benoun 6), Attiat-Allah 6 ; El Khannouss 6.5 (11′ st Ounahi 6.5), Amrabat 6.5, Sabiri 5 (1′ st Chair 6) ; Ziyech 7, En-Nesyri 6.5, Boufal 6 (19′ st Zaroury 5.5).
Disponible: El Kajoui, Tagnaouti, Aguerd, Saiss, Hamdallah, Aboukhlal, Ezzalzouli, Cheddira, Jabrane. Tout: Réguler 6
Arbitre: Al Jassim
Buteurs : 7′ Gvardiol (C), 9′ Dari (M), 42′ Orsique (C)
Ammonite : Ounahi, Amallah (M)
Exclu:
Noter: récupération 3′ + 6′

LES STATISTIQUES
– La Croatie a remporté les deux finales pour la troisième place de la Coupe du monde depuis 1998 contre les Pays-Bas (2-1, encore).
– La Croatie a concédé pour son 10e match consécutif à élimination directe en Coupe du monde, après n’avoir pas encaissé lors de ses deux premiers.
– Une équipe nationale européenne a remporté la finale pour la troisième place de chacune des 11 dernières éditions de la Coupe du monde : la dernière non européenne était le Brésil en 1978 (2-1 contre l’Italie).
– Seul Lionel Messi a été impliqué dans plus de buts (16) lors des trois dernières Coupes du monde (depuis 2014) qu’Ivan Perisic (11 – six buts, cinq passes décisives).
– Le Maroc a perdu deux matches de suite après être resté invaincu lors des six précédentes (W3 D3) Coupe du monde.
– Josko Gvardiol est le plus jeune joueur (20 ans, 328 jours) à marquer pour la Croatie à la Coupe du monde : le précédent record appartenait à Ivica Olic, en 2002, contre l’Italie (22 ans, 267 jours).
– Seul Ivan Perisic a participé activement à plus de buts (4) pour la Croatie que Mislav Orsic (3) dans cette Coupe du monde, bien que celui contre le Maroc soit le premier match d’Orsic en tant que titulaire (sur six au total), au Mondial Tasse.
– Seulement 112 secondes se sont écoulées entre le but marqué par Josko Gvardiol et celui marqué par Achraf Dari.
– Le défenseur marocain Achraf Hakimi a réussi 27 tacles lors de la Coupe du monde 2022, un record du tournoi depuis Javier Mascherano (30 ans) en 2014.
– La Croatie a marqué deux fois en première mi-temps d’un match de Coupe du monde pour la troisième fois seulement : les deux dernières cette saison (contre le Canada et le Maroc).
– Luka Modric et Ivan Perisic ont débuté les 17 matches de Coupe du monde de la Croatie au cours des trois dernières éditions (2014, 2018 et 2022). De plus, avant la finale entre l’Argentine et la France, Lionel Messi est le seul autre joueur à avoir disputé autant de Coupes du monde (17) sur la période.
– Aucun joueur n’a disputé plus de matches lors d’une seule édition d’une Coupe du monde que Luka Modric, après l’âge de 37 ans : sept, Peter Shilton (1990) et Dino Zoff (1982).



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *