January 30, 2023
Ex capo proc. Figc: "Terremoto Juve? Fatti gravissimi, adesso rischia la retrocessione"


“L’AIA doit avoir une vigilance extérieure, elle ne peut pas être vigilante d’elle-même”.

TuttoNapoli.net

À Radio centrale de Naplespendant ‘Un Calcio alla Radio’, est intervenu Joseph Pecoraroancien procureur général de la FIGC : “Il n’y a pas de règles ou de critères pour les gains en capital. Ce qu’il faudrait faire, c’est ajouter des règles qui devraient ensuite être respectées.

Tremblement de terre à la Juventus ? Ce sont des faits très graves, à mon avis. Comme le suggère le code de justice sportive, le fair-play sportif comprend également le fair-play financier, économique et managérial et cela devient un fait très grave d’apparaître dans une compétition sportive avec de faux bilans, des accords avec des joueurs, comme je l’ai lu dans les journaux, car il signifie ne pas rivaliser avec les autres équipes. De là, on peut aller jusqu’à l’infraction sportive. L’article 31 doit être appliqué. On parle de grosses pénalités, pas d’amendes. Quand j’étais procureur, il y avait les procès de Palerme, Bari, Foggia, Chievo, Cesena, pour des raisons financières et il est évident de penser que nous pouvons arriver à ce type de sanction, les documents doivent être vus, sans aucun doute. La révocation du titre est le plus gros truc, il faudrait prouver que l’inscription au championnat était fausse, ça devient un peu compliqué. A mon avis et selon les règles que, à l’époque, nous nous sommes données au Parquet fédéral, cela peut entraîner une amende colossale et une rétrogradation. A l’époque, Chiné était mon adjoint et s’occupait de la partie économico-financière. Tous ceux passés sous mes mains sont tous relégués.

Si le nom Juventus pèse plus ? C’était ma plainte à Covisoc pour le contrôle des budgets de toutes les équipes. Je n’ai reçu que des équipes “moins importantes” même si elles représentaient des villes très importantes. Les situations concernant les autres équipes ne m’en ont jamais donné. Si aucun livre n’est envoyé au tribunal, s’il n’y a pas de cas d’accord de faillite de la part des débiteurs, c’est un gros problème. Ce qu’il faut, à mon avis, c’est réformer le système du football. Aujourd’hui comme aujourd’hui, vu ce qui s’est passé avec la Juventus, cela explique aussi pourquoi Berlusconi et Moratti ont quitté les clubs. Le football a aussi changé en Europe, une réforme doit être faite en restaurant des valeurs où les fonds doivent assurer non seulement l’inscription aux championnats, mais la sportivité de leurs représentants. Roma, par exemple, je comprends que Pallotta n’a pas donné un gros coup de main au club, à l’époque, ce que font les Friedkins aujourd’hui. Les investisseurs étrangers doivent assurer la compétition et la régularité de leur équipe.

Arbitrage Orsato ? Je n’aurais jamais envoyé quelqu’un qui fuit une interview pour arbitrer un quart de finale, une demi-finale ou une finale de Coupe du monde. L’AIA doit avoir une vigilance extérieure, elle ne peut pas être vigilante d’elle-même. L’AIA doit faire partie intégrante de la FIGC afin qu’elle soit supervisée, au contrôle elle intervient sur la désignation des arbitres et sur leur comportement. Si cela ne se produit pas, nous ne pouvons pas nous plaindre d’Orsato ou de D’Onofrio. Je soutiens d’emblée qu’il était absurde que Nicchi soit complètement indépendant de Tavecchio. Si c’est le système italien qui est malade ? J’ai beaucoup d’amis de la Juventus, quelqu’un m’a dit qu’ils espéraient des sanctions justes et je dois les reconnaître, d’autres m’ont dit que tout le monde le faisait. Cela ne peut pas être dit parce que ce n’est pas le cas. Leur mantra “La seule chose qui compte, c’est de gagner” m’agace, car ils sous-entendent qu’ils sont prêts à tout.

Monde? Sur le plan sportif, j’étais très content de voir le Maroc, je suis tellement désolé pour l’Espagne. Pour le reste, voyons les processus qui auront lieu. La question des eurodéputés est très grave, elle remet même en cause les valeurs européennes. Inter ultras question? Une enquête serait nécessaire. Le problème des courbes existe et je sais avec certitude que De Laurentiis a beaucoup travaillé dessus, ainsi que Lotito et Roma. L’extrême droite – pour ce qui compte – est une minorité, 90% de la politique s’est alignée contre De Santis. Il faut plus de vigilance et les entreprises doivent être conscientes pour aider“.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *