January 27, 2023
Comment fonctionne The Witcher 3 sur Xbox Series S ?


Essayons de comprendre comment se comporte The Witcher 3 sur Xbox Series S, la petite console de Microsoft qui donne du fil à retordre aux développeurs.

La Xbox Series S est une créature étrange. Un petit pari technologique destiné à récompenser le jeu numérique, sacrifiant la résolution et une poignée de fonctionnalités modernes afin de produire un résultat satisfaisant, notamment en termes de performances. Avec un rapport qualité prix inégalé et un rendu visuel satisfaisant, il n’était pas surprenant de découvrir que de nombreux passionnés habituellement éloignés du monde Microsoft ont choisi de se concentrer sur cette jeune machine afin d’accéder au catalogue Xbox Game Pass.

Cependant, il y a une question qui plane depuis longtemps autour de la Series S : jusqu’où est le moment où le saut technologique des nouveaux logiciels rendra difficile leur exploitation correcte ? En octobre de cette année, l’artiste VFX Ian Maclure, sous les ordres de Bossa Studios, a déclaré qu’un tel matériel “retenait la prochaine génération” et que “de nombreux développeurs ont demandé de ne pas travailler dessus”. De toute évidence, ses déclarations ont déclenché une discussion animée qui n’est toujours pas terminée aujourd’hui. Dans notre récente analyse de la version next-gen de The Witcher 3 : Wild Hunt nous avons brièvement évoqué la plateforme, mais cela vaut la peine d’entrer dans le vif du sujet et d’en profiter pour faire le point sur la Xbox Series S.

En bref, comment The Witcher 3: Wild Hunt fonctionne sur Xbox Series S?

The Witcher 3 nouvelle génération sur Xbox Series S

la box Series S fait son boulot, mais il y a des différences dans les textures touchées par les mods

la box Series S fait son boulot, mais il y a des différences dans les textures touchées par les mods

LA limites de la petite sœur de la série X, nous les connaissons bien maintenant : ils résident dans un CPU légèrement plus lent que son homologue, dans un GPU qui a un tiers de la puissance de calcul par rapport au produit phare, et dans une plus petite quantité de RAM. Concrètement, compte tenu des architectures hautement personnalisées, cela peut se réduire à moins de marge de manœuvre en termes de graphisme et à l’imposition du plafond de 1440p, prêt à la fois à baisser encore pour récompenser le framerate, et à grandir en exploitant les technologies modernes d’upscaling.

Celui proposé par la Xbox Series S dans la version 4.0 de The Witcher 3 : Wild Hunt est une solide expérience technique: à défaut de restituer le détail d’origine aux nouvelles textures, la résolution reste conforme à l’objectif imaginé par CD Projekt RED, tandis que le framerate est quasiment toujours stable ; avec l’option Qualité, il parvient à s’ancrer à 30 ips la plupart du temps, ce qui, dans certaines situations, ne se produit pas avec la même cohérence sur le front de la série X.

Cela est possible car la série S n’est pas en mesure d’accueillir des outils tels que le lancer de rayons – qui n’est pas présent même sous une forme limitée – ni le SSR, perdant également une partie du rendu de texture haute définition et par conséquent allégeant le CPU. C’est précisément à ce stade que les doutes se cachent : étant donné et considérant que le seul changement réside dans un saut entre 1080p et 1440p, est-il judicieux de réduire la fréquence d’images pour adopter des améliorations aussi contenues ? De manière inattendue, la réponse est oui, car à la fois la résolution et la fréquence d’images ont beaucoup moins d’oscillations que les autres versions.

Mode Performance au lieu de cela, il incarne l’hypothèse même sur laquelle la machine a été construite : viser une fréquence d’images solide tout en sacrifiant l’élément esthétique. En tant que Geralt de Riv, cela se traduit par une bonne mise en scène des décors de Velen, notamment en termes de performances, et tant que vous vous éloignez des incendies de Novigrad, il est très difficile d’assister à une seule goutte; en s’aventurant dans les rues des grandes villes, en revanche, il lui arrive de perdre même une dizaine d’images en cours de route.

Comme prévu, les améliorations apportées à la série X brillent dans l'intérieur aux chandelles

Comme prévu, les améliorations apportées à la série X brillent dans l’intérieur aux chandelles

Galoper dans la performance du monde ouvert devient inattaquable, mais les différences visuelles deviennent de plus en plus marquées, en particulier dans le plan de la ligne d’horizon. Il est probable que cela ait à voir avec les caractéristiques des nouveaux mods intégrés, qui en modifiant les textures affectent la distance de tirage à la fois dans le cas de la végétation et dans ceux des cours d’eau et des ombres. L’effet pop-in végétal, qui n’a pas complètement disparu non plus sur les Series X et PS5, est ici beaucoup plus présent et vif. Discours différent pour le brouillard volumétrique, qui montre bien plus que quelques petits problèmes et sur les plates-formes Microsoft, il mérite certainement un patch dédié.

Net de compromis qui font partie de la nature même de la Xbox Series S, la mise en scène est placée quelques marches en dessous des homologues console. En Performance, l’expérience est presque toujours fluide et réactive, dans les deux variantes, le poids de la mise à jour se fait sentir par rapport à l’ancien patch 1.60, tandis qu’en Qualité, les textures ressortent plus propres que prévu de l’amalgame. Pourtant les différences sont là, et même si elles ne commencent à se manifester que lorsque vous les cherchez avec insistance, une fois que vous vous concentrez dessus il devient difficile de ne pas les remarquer.

Un léger pop-in est présent sur toutes les versions de console, et encore plus sur la Series S

Un léger pop-in est présent sur toutes les versions de console, et encore plus sur la Series S

Le problème réside dans la comparaison : prise individuellement, l’offre Series S est une excellente interprétation de la version 4.0 de The Witcher 3 : Wild Hunt, mais lorsqu’il est placé aux côtés des homologues Series X et PS5, de fortes différences apparaissent dans le rendu du terrain et de la flore, dans la qualité des matériaux, dans les effets d’ombres et surtout dans la distance de tirage, sans doute la plus élément fragile. La Xbox mineure sort donc malmenée des comparaisons, parvenant cependant à mener à bien sa tâche principale exactement de la manière à laquelle on devrait s’attendre.

Le dilemme de la Xbox Series S

Face à un excellent rendement, les différences se cachent dans les matériaux et dans l'ombre

Face à un excellent rendement, les différences se cachent dans les matériaux et dans l’ombre

Pouvoir choisir n’est jamais une mauvaise chose, dans n’importe quel domaine. Entre jeux vidéo numériques et physiques, entre Xbox Series X et Series S, entre des modes qui récompensent les performances et d’autres qui poussent à la qualité d’image ; cependant, il ne faut pas oublier ses besoins, son identité, et c’est pour cette raison que la version Xbox Series S de The Witcher parvient à convaincre, mais avec quelques réserves. En tant que machine conçue pour ceux qui sont indifférents à la résolution, vouée à garantir à chacun une “next-gen” basée sur la performance, elle semble en effet par sa nature même inadaptée à accueillir différents modes graphiques.

La console est à son meilleur lorsqu’elle ne fait pas trop attention aux fioritures, tout comme ce qui s’est passé sur le front Cyberpunk 2077, et c’est parfaitement bien. C’est un bon matériel précisément parce qu’il atteint l’objectif pour lequel il a été créé, il ne devrait donc pas essayer de ressembler à la série X en accueillant des options vidéo consacrées aux performances graphiques. Dans le cas de The Witcher 3 : Wild Hunt on aurait préféré être face à un mode unique : le meilleur possible, peut-être sujet à des variations selon la phase spécifique du jeu, comme une augmentation de la résolution uniquement dans les séquences animées ; au lieu de cela, en installant la mise à jour, vous êtes confronté à un dilemme.

Toutes les versions Xbox souffrent énormément des objets volumétriques

Toutes les versions Xbox souffrent énormément des objets volumétriques

L’option Performance apporte un grand bond en avant pour les utilisateurs de console, puisque l’ancien patch 1.60 pour Xbox One X fluctuait entre 35 et 50 fps, contre le 60 plutôt stable de la mise à jour actuelle, qui s’accompagne cependant d’une nette réduction de la distance de rendu et d’un abaissement considérable de la définition de certaines surfaces, restant également ancré au 1080p. En revanche, en jouant en Qualité, vous pouvez compter sur une plus grande fidélité d’image et une bonne expansion de la ligne d’horizon, mais la taxe imposée sur la fréquence d’images vient contraster avec les mêmes objectifs de la série S, sans introduire de contreparties techniques lourdes. En termes simples, il n’y a pas d’échappatoire aux compromis.

Adopter le mode Performance, c’est adopter l’idée derrière le projet Xbox Series S, une machine qui, à un prix plus que raisonnable, vous permet de faire tourner dans le confort du salon des expériences qui, sur d’autres rives, nécessiteraient des investissements nettement plus élevés, comme en témoigne le cas susmentionné de Cyberpunk 2077; et c’est, après tout, la tâche principale de la Xbox Series S.

Aujourd’hui et demain

La ville de Novigrad apporte des baisses de trame notables dans toutes les versions, même de 10 ips

La ville de Novigrad apporte des baisses de trame notables dans toutes les versions, même de 10 ips

Parmi les options graphiques présentes sur la Xbox Series S, le mode Performance est donc celui qui selon nous apporte le plus d’apport moderne à The Witcher 3: Wild Hunt, aussi étrange que cela puisse paraître. Les amateurs d’esthétique à tout prix diront certainement le contraire, mais ce territoire reste dominé d’abord par le PC, puis par la Series X et la PS5. Puisqu’il n’intervient pas avec des technologies conséquentes sur l’éclairage, la dynamique de rendu ou la résolution, le sacrifice demandé par le mode Qualité semble excessif au regard des finalités de la machine. Il peut arriver de voir plusieurs buissons surgir soudainement en déambulant parmi les sommets de Skellige, mais lorsque l’on est plongé dans la recherche de Ciri ce sont des éléments auxquels on a tendance à ne prêter que très peu d’attention.

En revanche, il est difficile de cadrer l’impact d’une mise à jour de ce type en imaginant le chemin long et tortueux qui attend la Xbox Series S. Début 2022, plusieurs rumeurs ont émergé qui faisaient l’hypothèse d’une réalisation de 4K/ 60 ips avec lancer de rayons au cours des 36 prochains mois, un avenir qui serait étroitement lié au lancement éventuel de matériel de milieu de gamme. Si les rumeurs s’avèrent vraies – ou si les développeurs décident plus facilement d’appuyer sur l’accélérateur – il sera très intéressant d’analyser l’évolution de cette super petite console, la seule de sa catégorie, notamment dans l’orbite de la grandes premières parties de Microsoft .

Pendant ce temps, les propriétaires de Xbox Series S pourront profiter une version satisfaisante de The Witcher 3: Wild Hunt. Nous la définissons comme satisfaisante car elle est capable de restituer le type d’expérience “next-gen” que la console de Microsoft promet aux utilisateurs depuis son lancement : une offre composée de performances solides mais caractérisée par un impact visuel nettement inférieur à ses homologues ; idéal pour ceux qui veulent simplement jouer sans se soucier d’éléments sortis de l’orbite des consoles depuis des années, tels que la résolution, les écrans et le lancer de rayons.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *