January 27, 2023
Messina, Cronaca


Double agression hier au guichet automatique, deux épisodes distincts annoncés ce matin par les syndicats. Un jeune conducteur s’est retrouvé aux urgences après avoir été agressé avec une béquille par un sujet qui prétendait monter dans le bus avant qu’il n’atteigne l’arrêt.
A quelques dizaines de mètres des lignes jaunes qui délimitent la zone où les portes sont autorisées à s’ouvrir, l’homme muni d’une béquille s’est positionné au centre de la chaussée en ordonnant au chauffeur d’ouvrir les portes pour monter dans le bus, à refus légitime il a réagi avec des insultes de toutes sortes et a atteint l’arrêt il a d’abord frappé les portes des transports en commun avec une béquille et une fois monté dans le bus il a attaqué le chauffeur. Ce n’est que grâce à l’intervention des passagers présents qui ont bloqué le tapageur que le pire a été évité. L’employé du guichet automatique a été accompagné aux urgences il a été jugé guérissable en deux jours.

Le deuxième épisode s’est produit au dépôt de dépanneuses, un sujet dont la voiture avait été remorquée parce qu’elle était garée dans une zone de stationnement interdite, arrivé à l’entreprise avec une attitude menaçante et n’a pas hésité à mettre la main sur un employé des sous-traitants, le prenant pour l’auteur de l’enlèvement forcé. Après avoir arraché l’infortunée victime qui parvint difficilement à expliquer qu’il n’était pas dépanneur, l’homme, visiblement agité, entreprit une sorte de chasse à l’homme à l’intérieur du dépôt, criant menaces et insultes, afin d’obliger les employés du guichet présents à demander le intervention de la police. L’histoire ne s’est terminée de la meilleure des manières que grâce au professionnalisme des opérateurs de la salle des opérations qui, gardant leur calme, ont réussi à rassurer l’homme tout en évitant l’intervention des carabiniers.

Note syndicale

Ce ne sont là que deux exemples qui décrivent l’environnement de travail dans lequel les employés des guichets automatiques sont contraints d’opérer et qui, aujourd’hui démissionnaires, évitent le plus souvent de signaler les attaques constantes. Filt CGIL, UILT, Faisa Cisal, UGL et ORSA dénoncent l’escalade alarmante des attentats, alimentés et encouragés par le dénigrement médiatique constant des travailleurs, décrits publiquement par la direction de l’entreprise comme des privilégiés au salaire fixe, des nostalgiques du passé, des fainéants sournois et indisciplinés qui laissent les usagers à pied. Les récentes interviews diffusées par le président Campagna sont toujours en ligne et il présente fièrement aux citoyens le système AVM avec lequel il parvient à identifier les conducteurs, ponctuellement sanctionnés, qui, selon lui, transitent quelques minutes plus tôt mais n’expliquent pas aux citoyens que la plupart du temps, le système informatique n’est pas synchronisé avec les horaires et émet des signaux incorrects. Le président ignore également que les trajets, comme mal organisés par la direction de l’entreprise, obligent les chauffeurs à dépasser les limites de vitesse pour ne pas accumuler les retards et/ou ralentir la marche au pas pour éviter les avances.
Cette fois, le communiqué de presse habituel d’ATM SpA en solidarité avec les travailleurs attaqués n’a pas été enregistré, c’est bien mieux ainsi, cela aurait été un paradoxe de lire la solidarité de l’entreprise qui a passé la semaine dernière à inciter les utilisateurs contre ses employés .

Après l’avertissement des syndicats, la solidarité de l’entreprise est arrivée : “Les événements qui ont eu lieu hier en début de soirée sur le bus et la dépanneuse au dépôt – lit un communiqué – ont été rapporté ce matin avec des rapports spéciaux qui démontrent que la procédure a été suivie régulièrement, avec l’intervention éventuelle de la police comme prévu dans des situations similaires. En particulier, dans le deuxième cas, il s’agissait d’un épisode d’importance minime qui n’a eu aucune conséquence, à tel point que le personnel employé au service n’a préparé un rapport écrit qu’à la demande de l’entreprise.

ATM – poursuit-il – a fait preuve de la plus grande attention à la sécurité de ses employés, grâce à la présence d’importants moyens de dissuasion tels que la vidéosurveillance sur tous les véhicules et la mise à disposition de caméras corporelles pour les employés du secteur des déménagements et pour les contrôleurs des documents de voyage. Ces initiatives se sont jusqu’à présent révélées extrêmement utiles pour limiter les attaques et les accusations infondées contre les travailleurs.

On ne peut pas, mais en même temps on ne peut pas stigmatiser ce qui est écrit par les organisations syndicales qui, comme ils le font depuis longtemps, ne cherchent qu’à augmenter le niveau de tension dans le seul but évident d’accentuer un affrontement inexistant entre la direction de l’entreprise et les travailleurs”.

© Reproduction réservée



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *