January 27, 2023


SOTTODICIOTTO 23 - Le programme du jeudi 15 décembre

La 23e Festival et campus du film Subeighteenconsacré au thème de la banlieue, ouvre en soirée (à 20h00, au Cinéma Massimo 2) avec Très silencieusement, un film qui ouvre également la section compétitive des longs métrages internationaux en compétition pour le nouveau Future Generation Award. Réalisé par Nicola Prosatore ― réalisateur de publicités et de docu-séries, dont le récent Wanna de Netflix, à ses débuts dans un long métrage de fiction ― le film, en parfaite harmonie avec le thème de l’édition 2022, se déroule dans une banlieue du Naples 1987. Dans la saison de victoire du premier championnat, dans une ville qui espère la rédemption, la protagoniste, Anna, treize ans, cherche son propre espace pour grandir et devenir grande, entre attentes maternelles écrasantes et nouvelles amitiés destinées à lui montrer la réalité avec des yeux plus adultes. Présenté au dernier Festival de Locarno, Piano Piano sortira en avant-première le 20 décembre (à Bologne) et sera distribué par I Wonder Pictures dans tout le pays en mars prochain. Le film, qui concourt également pour le Prix Gianni Volpi établi par le Festival pour le meilleur premier long métrage italien produit dans l’année en cours, sera présenté par le réalisateur Nicola Prosatore, par Antonia Truppo, actrice et co-scénariste, et par le très jeune interprète Dominique Donnarumma.
.
Nombreuses animations le premier jour. Ça démarre le matin Wikicampus, la série de rencontres conçues pour les étudiants universitaires, mais ouvertes à tout public, organisées en collaboration avec le cursus DAMS de l’Université de Turin et avec Il Circolo dei Lettori. Entièrement consacrée à l’exploration du thème du Festival 2022, la section s’ouvre sur une rencontre visant à explorer les relations entre la banlieue et le cinéma (9h00, Cinema Greenwich) à laquelle participeront les réalisateurs Massimiliano De Serio et Davide Ferrario et les co- directeur du Sottodiciotto Film Festival & Campus Enrico Verra. Modéré par Giaime Alonge, professeur d’histoire du cinéma à l’Université de Turin.

L’après-midi, la série de projections spéciales débute avec Qu’est-ce qui viendra (16h00, Cinéma Massimo 3), atelier-cinéma réalisé par Francesco Crispino. Né dans un territoire totalement démuni pour affronter l’année la plus difficile de la pandémie et développé, du fait des restrictions sanitaires, comme un parcours expérimental construit en cours de route, le long métrage traite du délicat passage de l’enfance à l’adolescence à travers la voix de ses jeunes protagonistes, Alice et Eric, étudiants de l’Institut “Edmondo de Amicis” de Floridia, une ville de la province de Syracuse. Occasion pour les enseignants et les éducateurs de s’interroger sur les attentes et les changements qui affectent les élèves et sur la manière dont ils peuvent être accompagnés dans cette phase délicate, la projection sera introduite par le réalisateur Francesco Crispino et Barbara Bruschi, professeur de technologies de l’éducation et de l’apprentissage à l’Université de Turin.

Le deuxième après-midi, la très riche section animations s’ouvre sur un rendez-vous exceptionnel avec Stéphane Bessoni (18h00, Cinéma Massimo 2), le magicien de l’animation italienne en stop motion, qui, dans une leçon-spectacle, organisée en collaboration avec le Musée national du cinéma et la Scuola Holden, révélera les secrets de ses mondes merveilleux au public miniature, doucement dérangeant.

Toujours en fin d’après-midi, il est proposé Septembre (18h00, Cinéma Massimo 3), un autre des cinq titres sélectionnés pour le Prix « Gianni Volpi » par une triade d’experts (composée pour cette édition par Steve Della Casa, directeur artistique du Festival de Turin, Claudio De Pasqualis, acteur et animateur de radio, et Cecilia Valmarana, directrice adjointe de RAI Culture and Educational) qui choisiront également le gagnant. L’histoire de presque adolescents qui forme la toile de fond d’un monde d’adultes aux prises avec des changements importants et douloureux, le film réalisé par Giulia Louise Steigerwalt a été apprécié par les sélectionneurs pour la présence “d’une main de réalisateur sûre et d’une direction brillante des acteurs pour raconter un moment fondamental de croissance ».

Toujours en fin d’après-midi, un deuxième rendez-vous de Wikicampus sera consacrée à la périphérie sociale de Pier Vittorio Tondelli (18h00, Club des lecteurs). Giulio Iacoli, professeur de critique littéraire et de littérature comparée à l’Université de Parme, et Chiara Tavella, professeur de littérature italienne contemporaine à l’Université de Turin, discuteront de la dialectique, au cœur du travail de l’auteur d’Other Libertines, Between Cities / province et centre/périphérie. Modérateur Gabriele Rigola, professeur d’Histoire du Cinéma à l’Université de Gênes. En soirée, le programme propose un autre rendez-vous important avec l’animation et avec le nouveau film de l’un de ses grands maîtres, Michel Ocelot. Avec Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse (20h00, Cinéma Massimo 3), le célèbre auteur de Kirikù et la sorcière Karabà, Azur et Asmar, Dililì à Paris revient au conte de fées traditionnel, créant un triptyque d’histoires qui mêle passé et présent, banlieue et centre dans un monde unique féerique et suspendu.

La section se poursuit ensuite avec C’est animé !, la nouvelle compétition internationale mise en place par le Festival pour les courts métrages réalisés au cours des trois dernières années par des étudiants d’écoles d’animation en tant que films de diplôme. Avec 1132 inscrits en quelques mois, provenant de 86 pays différents, la large participation à l’appel, qui a dépassé toutes les espérances, a permis la constitution d’une short list de 44 titres répartis en deux catégories compétitives, That’s Animato ! for Kids, comprenant des œuvres adaptées au jeune public, et That’s Animato! pour Tous, avec des œuvres destinées à un public de tous âges, dont la programmation présente la première tranche de 15 courts métrages en soirée (22h00, Cinéma Massimo 2).

La soirée se termine par la projection de Le volontaire (22h15, Cinéma Massimo 3), réalisé par Nely Reguera, originaire de Barcelone. Situé dans le microcosme d’un OGN en Grèce, où Marisa, médecin à la retraite (jouée par Carmen Machi, l’une des actrices espagnoles les plus populaires, l’une des préférées d’Almodóvar), se rend bénévolement, le film jette un regard ironique mais aussi tranchant , sur des réalités humanitaires internationales marquées par le strict respect des règles et protocoles.

La rubrique dédiée à la réalité virtuelle « Presence. Expériences immersives » instaurées l’an dernier et intitulées dans cette édition, en harmonie avec la thématique du Festival, « Frontières ». Jusqu’au 19 décembre, la section proposera dans les deux chapelles CineVR du Musée National du Cinéma six œuvres sélectionnées par thème parmi les meilleures productions internationales, présentées et primées en
grands festivals du monde – certains aussi adaptés aux premiers abords de la réalité virtuelle et aux enfants (à partir de 8 ans), dans lesquels sont mises en jeu des techniques mixtes de graphisme, d’animation, de gaming et de cinéma à 360° : The Line ( A Linha) de Ricardo Laganaro, Home After War de Gayatri Parameswaran, Dreamin’Zone de Fabienne Giezendanner, Replacements (Penggantian) de Jonathan Hagard, Limbo de Fernando S., Panetta F., Jackson N., Wyse P., Stevenson J. , Dunthorne J., Projets ScanLAB, Blind Vaysha de Theodore Ushev.

.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *