January 30, 2023
Apple prêt pour la révolution : applications tierces sur iPhone et iPad et bien plus encore


Au cours des dernières années, Pomme a considérablement changé sa politique envers ses systèmes d’exploitation plus fermés tels que iOS et iPadOS, va les rendre toujours plus souple et proche d’un type d’utilisation jusqu’alors impensable sur un produit de la firme Apple.

Cependant, il semble que la plus grande révolution n’ait pas encore eu lieu mais, au contraire, soit juste au coin de la rue, d’après ce que nous apprend un nouveau rapport de Bloomberg qui annonce des nouvelles importantes pour iPhone et iPad. Pour la première fois de son histoire, il semblerait qu’Apple soit enfin prêt à rendre possible l’installation d’applications tierces, à rendre libre l’accès à la puce NFC de ses iPhones, à ses API plus privé et vous permettent même d’utiliser des moteurs de rendu Web alternatifs à WebKit.

LA PRESSION DE L’UE A PORTÉ DU SUCCÈS

La situation semble débloquée par l’entrée en vigueur de la loi sur les marchés numériques, qui s’apprête à donner un tournant important à tous les scénarios dans lesquels une entreprise peut agir comme portier sur les appareils et services qu’il contrôle, limitant la concurrence. Avec le DMA qui entrera en vigueur dès le printemps 2023, Apple se retrouve une fois de plus – après l’affaire USB-C – à devoir composer avec la réalité d’un espace politique et économique qui vise à démanteler au maximum tout monopole dans le mains des grandes entreprises technologiques, va imposer des règles qui maximisent le marché libre.

La réponse d’Apple – d’après ce qu’on apprend de Bloomberg – sera celle de accepter le changement puis aller éliminer tous les enjeux typiques d’iOS et d’iPadOS (macOS est beaucoup moins fermé), à commencer par la possibilité d’autoriser des systèmes d’accès à des applications alternatives à l’App Store. Cela signifie une plus grande variété d’applications pour les systèmes d’exploitation mobiles d’Apple, puisque les limitations imposées par l’entreprise lors de la phase d’examen des applications proposées sur l’App Store n’existeront plus.

Bien sûr, cela se traduit également par revenus réduits par rapport à ceux générés par les achats intégrés et l’achat de la mêmecependant nous avons vu comment l’ouverture d’Android n’a certainement pas fait s’effondrer un système comme le Play Store, même si Google a également fait extrêmement désavantageux de ne pas être présent sur la boutique officielle de la plateforme. Apple visera probablement aussi quelque chose de similaire, mais l’important est que cela permette d’utiliser une route alternative, si le développeur ou l’utilisateur ne souhaite pas nécessairement recourir à l’App Store.

PAS SEULEMENT DES APPLICATIONS : LES PRINCIPAUX CHANGEMENTS À VENIR

L’effet de la loi sur les marchés numériques affectera non seulement la gestion des applications, mais également d’autres aspects très importants d’iOS et d’iPadOS. L’une des principales préoccupations Ouverture d’Apple à l’utilisation d’autres moteurs de rendu Web sur iPhone et iPadva ainsi résoudre la situation actuelle qui est paradoxale et qui a conduit plusieurs développeurs (mais aussi les utilisateurs) pour demander un changement d’itinéraire.

Jusqu’iciEn fait, tous les navigateurs Web sur iOS et iPadOS doivent utiliser WebKit comme seul moteur de rendufait qui fait d’un Chrome ou d’un Edge l’un des vrais Peaux de safari. Les navigateurs tiers se comportent comme le navigateur natif et cela signifie que toute incompatibilité de WebKit avec un site Web ou un élément de celui-ci ne peut pas être surmontée simplement en changeant de navigateur, car ils sont essentiellement tous les mêmes.

L’ouverture vers de nouveaux moteurs de rendu permettra donc aux utilisateurs d’utiliser des navigateurs basés sur des solutions telles que Blink – le moteur Chromium – et toute autre alternative qui sera proposée par les développeurs, qui permettra enfin d’utiliser la vrai chrome sur iOS/iPadOS et ainsi de suite.


Les autres changements affecteront l’accès à Les API privées d’Apple, de sorte que de plus en plus d’applications et de services tiers peuvent s’interfacer nativement avec de nombreux éléments matériels et logiciels d’iOS/iPadOS, à égalité avec ce que proposent les applications Apple. Par exemple, il sera possible d’avoir accès complet à la puce NFC afin de l’utiliser aussi pour moi paiements par des services autres qu’Apple Payou même la possibilité d’ajouter des appareils tiers au réseau Localiser.

QUAND VENIRONT CES NOUVELLES ?

Pour le moment, le rapport Bloomberg ne nous fournit pas de détails précis sur le moment auquel Apple intégrera ces innovations sur ses appareils, mais il est fort probable qu’iOS et iPadOS 17 seront le premier banc d’essai afin de se conformer aux directives de la DMA, puisque la sortie des prochains systèmes d’exploitation est prévue pour l’automne 2023, soit tout juste près des 6 mois d’adaptation accordés dès l’entrée en vigueur des règles.

Il ne peut être exclu que certains changements initiaux puissent déjà avoir lieu avec les prochaines versions bêta d’iOS/iPadOS 16, peut-être pour commencer à travailler sur des aspects moins radicaux et pour présenter quelques solutions déjà dans le pipeline début 2023, mais pour le moment il est trop tôt pour le savoir. Dans tous les cas, l’année à venir sera véritablement un tournant entre le passé et l’avenir d’Apple, en particulier en ce qui concerne l’iPhone.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *