February 4, 2023
La France, les racines africaines des joueurs des Bleus


Avec les Lions de l’Atlas demain sera un défi particulier : beaucoup de joueurs français sont en effet nés en Europe mais de parents africains

De notre correspondant Sebastiano Vernazza

Demain 13 joueurs français joueront contre le Maroc et par conséquent contre leurs racines africaines plus ou moins profondes. La quasi-totalité des treize Franco-Africains de Didier Deschamps sont nés et ont grandi en France, presque tous sont fiers de leurs origines, beaucoup conservent leurs goûts et leurs habitudes, en termes de nourriture, de musique et plus encore, mais ils sont français et se sentent français . Ils chanteront l’hymne, la Marseillaise. La base multiethnique de l’équipe de France n’est plus d’actualité, elle est considérée comme naturelle, même si des poches de racisme subsistent. Les joueurs de Deschamps eux-mêmes prétendent être français, et déjà lors des Coupes du monde précédentes, ils avaient rejeté le schéma de la France africaine. La France et c’est tout. L’argument peut alors s’inverser : plusieurs footballeurs marocains sont nés ailleurs. Gardien Bounou au Canada, à Montréal. Cheddira en Italie, à Loreto. Certains en Hollande et ainsi de suite.

Jay Jay

Il est cependant curieux que le Maroc, première équipe nationale africaine à atteindre les demi-finales d’une Coupe du monde, se heurte à la France des Français d’ascendance africaine. “Cette demi-finale de Coupe du monde – a déclaré Jay-Jay Okocha, l’inoubliable dribbleur nigérian en trois Coupes du monde – ressemble à une finale de Coupe d’Afrique des Nations”. A Qatar 2022, Maroc mis à part, l’Afrique a déjà pris quelques satisfactions : dans la première phase, la Tunisie a battu la France et le Cameroun a battu le Brésil. Ils ont laissé tomber le Sénégal et le Ghana. L’équipe de France multiethnique vient de loin, Raoul Diagne a été le premier joueur noir à jouer pour la France dans les années 1930. Il venait de la Guyane française, l’un des territoires français d’outre-mer, qui existe toujours et qui est un autre réservoir de football. Dans les Territoires dispersés à travers les océans, quatre des équipes de Deschamps au Qatar ont des origines plus ou moins lointaines. Il s’agit de Varane, Areola, Coman et Marcus Thuram, le fils de Lilian, championne du monde en 1998.

la grande image

On estime que quatre millions de citoyens franco-africains vivent en France, y compris les territoires d’outre-mer, mais peut-être que le chiffre est bas. Selon certains analystes, 40 % de la population française des trois dernières générations – soit une période d’environ un demi-siècle – aurait une ou plusieurs composantes liées à l’Afrique. Le phénomène s’explique par l’émigration des anciennes colonies françaises d’Afrique. Au fil des siècles, la France a gouverné un empire sans limites, entre l’Asie, l’Afrique et l’Amérique. La liste des pays africains francophones, États dans lesquels le français est encore parlé, est très longue : Cameroun, Côte d’Ivoire, Mali, Algérie, Tunisie, Maroc lui-même. Environ 150 millions d’Africains parlent ou comprennent ou lisent le français. Le lien linguistique reste fort, malgré le fait que les colonies n’existent plus. Au XXe siècle, le Maroc a longtemps été un protectorat français et n’est devenu un État autonome qu’en 1956. En Algérie, la guerre d’indépendance vis-à-vis des Français a duré de 1954 à 1962 et a coûté près de 30 000 morts. La modernité a déplacé la question sur le terrain de l’économie, le Maroc est aujourd’hui le pays africain vers lequel la France détourne le plus grand nombre d’investissements.

des choix clairs

Kylian Mbappé a un père camerounais et une mère algérienne. “Je suis fier de mes origines africaines – a-t-il dit il y a des années -. L’un de mes modèles était George Weah (ancien attaquant de l’AC Milan, aujourd’hui président du Libéria, ndlr)”. Mbappé aurait pu jouer pour le Cameroun ou l’Algérie, mais il a choisi sans hésiter la France, le pays où il a toujours vécu et dont il se sent au cœur. Emmanuel Macron, le président de la République, l’a impliqué dans plus d’une initiative. Un autre thème est celui des difficultés de l’Afrique, à tous les niveaux. Il y a quelques mois, le Français Arsène Wenger, ancien entraîneur d’Arsenal, membre de la commission technique de la Fifa, s’exprimait ainsi à propos de Mbappé : « Il s’est entraîné en Europe. S’il était né au Cameroun, il ne serait pas devenu le champion qu’il est aujourd’hui. “. Phrase glissante, on croit que quelqu’un comme Mbappé aurait tout de même émergé, mais peut-être que Wenger voulait dire que l’Afrique est un immense réservoir de talents, en partie gâché pour les raisons les plus diverses, manque de structures et plus encore. Il arrive que des pays africains tentent de récupérer tant de richesses footballistiques. Le Cameroun, par exemple, a tenté de convaincre Aurélien Tchouameni, le nouveau Kanté au milieu de terrain. C’est arrivé début 2021, alors que Tchouameni jouait encore pour Monaco. Le garçon a figé les dirigeants camerounais : “Je tiens au drapeau français”, a-t-il expliqué dans une interview. Cet été, avant de s’installer au Real, il s’est envolé pour le Cameroun pour rendre visite à ses proches à Bana, dans les lieux d’origine de sa famille.

.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *