January 30, 2023
Calcul du revenu d'entreprise pour l'activité d'élevage 2022


Conformément à l’art. 32, al. 2, let. b) du Tuir, l’élevage d’animaux nourris avec du fourrage pouvant être obtenu pour au moins 25% des terres agricoles détenues par l’agriculteur, à titre de propriété, d’usufruit, d’emphytéose ou de fermage, entre dans le champ des revenus agricoles. Si l’entreprise agricole dépasse les limites établi par l’art. 32 du Tuir, uniquement pour la partie excédentaire est mis en œuvre à la place Revenu d’entrepriseà calculer forfait selon les dispositions de l’art. 56, alinéa 5 du même Tuir, avec compilation conséquente des Cadre RD du modèle INCOME.

1) Le revenu d’élevage, définition et calcul 2) Indication dans le mod. revenu 2022

Vous pourriez être intéressé

1) Revenu agricole, définition et calcul

Selon la définition donnée à l’art. 2135 du Code civil font partie des activité d’élevage d’animaux ceux qui visent soin et développement d’un cycle biologiqueou d’un étape nécessaire du cycle lui-même, utilisant une terre agricole, la forêt, les eaux douces, saumâtres ou marines.

Revenu agricole est inclus dans le revenu agricole, qui est déterminé forfaitairement par l’application des taux d’évaluation établis par la loi cadastrale, en référence à chaque parcelle cadastrale et pour chaque qualité et classe de culture. La détermination du montant forfaitaire se réfère à toutes les composantes du revenu liés à l’activité agricole e il prend également en compte les dépenses; Donc, aucune déduction n’est autorisée.

Jusqu’à l’entrée en vigueur des nouveaux taux d’évaluation i les revenus ils doivent être réévalué de 70%.

Ainsi, le revenu agricole peut être :

  • détecté directement des documents cadastraux si la culture pratiquée correspond à celle résultant du registre ;
  • à l’inverse, si la culture effectivement pratiquée ne correspond pas à celle résultant du cadastre, l’agriculteur doit déterminer le revenu en appliquant la taux de valorisation moyen attribuable à la qualité de la culture pratiquée et aux prélèvements non tarifaires.

taux moyen attribuable à la qualité de la culture pratiquée est constitué par le rapport entre la somme des tarifs appliqués aux diverses classes dans lesquelles se répartit la qualité de la culture et le nombre des classes elles-mêmes.

Toutefois, à des fins fiscales, pour le bon détermination du revenu agricole issus de l’élevage, il convient de se référer à dispositions combinées des articles 32 et 56 du Tuir.

ACTIVITÉS AGRICOLES ET ACTIVITÉS COMMERCIALES

  • Si l’exploitation dépasse les limites fixées à l’art. 32, compagnie. 2, lit. b), décret présidentiel 917/1986, seule la partie excédentaire génère des revenus d’entreprise, à calculer sur une base forfaitaire selon les dispositions de l’art. 56, paragraphe 5 du décret présidentiel Tuir 917/1986.
  • Les activités agricoles qui vont au-delà de l’exploitation du potentiel de la terre représentent des activités commerciales qui produisent donc des revenus d’entreprise.

La surmonter de ce qui précède les limites n’impliquent pasCependant, leattraction dans le contexte de Revenu d’entreprise de tous les revenus de l’agriculturemais l’éleveur est propriétaire de :

  • revenu agricolepour l’élevage de bovins dont le fourrage peut être obtenu, au moins 25 % du fonds ;
  • Revenu d’entreprisepour les animaux élevés avec des aliments non produits par le fonds, ou en tout cas produits en moins de 25 % de la quantité nécessaire à leur élevage.

Avec DM ils sont fixés, tous les deux ansles critères de déterminer les revenus de l’élevagequi peut être considéré comme agricole ou commercial.

L’dernière approbation et le MD 15 mars 2019 qui ont dicté les critères susmentionnés pour la période biennale 2018-2019 et qui sont toujours valables.

Le revenu est établi sur la base des tableaux 1, 2 et 3 annexés au décret et qui en font partie intégrante.

2) Indication dans le formulaire. revenu 2022

Car la détermination du revenu de l’élevage va terminé le cadre RD présent dans le mod. Revenu PF, structuré en trois sections. De plus, des tableaux sont contenus dans les instructions pour faciliter les calculs.

Section I Les revenus de l’élevage au sens de l’art. 56, co. 5, TUIR.
Le régime forfaitaire peut être utilisé par tous les sujets qui exercent des activités d’élevage, quel que soit le régime comptable (ordinaire ou simplifié) adopté, à condition que :
• la société est gérée par le propriétaire des revenus agricoles (partie RA)
• l’élevage désigne les espèces animales répertoriées dans le tableau 3 de l’arrêté ministériel en vigueur pour la période de deux ans.
Section II Revenus provenant de la production de légumes dépassant la limite visée dans la lettre susmentionnée b), déterminée conformément à l’art. 56-bis, co. 1, TUIR.
Section III Revenu provenant de :
• autres activités agricoles au sens de l’art. 56-bis, co. 2 et 3, TUIR
• de l’entreprise agrotouristique
• de la production et de la vente d’énergie à partir de sources renouvelables agroforestières et photovoltaïques au-delà des limites fixées à l’art. 1, co. 423, Loi n. 266/2005.

Les sujets qui élèvent des animaux au-delà des limites visées à l’art. 32 Tuir peut choisir de appliquer les méthodes de détermination des revenus d’entreprise (revenus moins coûts); cette option doit être exercée lors du dépôt de la déclaration de revenus en remplissant la partie RF/RG.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *