February 4, 2023
"Photos de Kate ivre...".  Nouvelle tempête sur Harry et Meghan


“Le documentaire [di Harry e Meghan] pourrait être inconfortable pour Kate Middleton », avait confié le journaliste Jack Royston à Good Morning Britain, cité par le Daily Mail, avant la sortie de la série Netflix le 8 décembre. En effet, bien qu’il n’y ait pas de révélations majeures pour l’instant, les trois premiers épisodes n’ont pas été tendres avec la famille royale. Surtout avec le Princesse de Gallesque les ducs essaieraient de mettre sous un mauvais jour.

La perfection de Kate

Nous sommes habitués à voir Kate Middleton toujours impeccable, maîtresse de toutes les situations dans lesquelles elle se trouve, toujours préparée à tout type d’éventualité : pensez, par exemple, au sourire et au silence composé réservés à celle qui, en Irlande du Nord en octobre dernier, l’a interpellée en lui disant sans détour conditions de retour en Angleterre. La princesse de Galles s’est parfaitement installée à la cour, étudiant, comprenant les règles du protocole et parvenant à les respecter, mais sans étouffer sa personnalité. Les modelant, dans une certaine mesure, sur lui-même. Comme si elle était née à la cour. Contrairement au prince Harry qui, en revanche, non seulement rejette le mode de vie dans lequel il a grandi, mais semble ne jamais manquer une occasion de le dénigrer.

En ce sens, le documentaire Netflix est une arme notable, bien que, du moins jusqu’à présent, pas mortelle. Parmi les cibles de la série et donc des dieux Ducs de Sussex, la princesse de Galles serait également de la partie. Kate apparaît dans les deux bandes-annonces : dans la première, elle est avec William, Harry et Meghan à la fonction religieuse du Commonwealth Day en 2019. Une seule image, franchement bâclée, qui ne rend pas justice à la beauté de Kate. La photo, en fait, la représente dans une pose sombre, austère et sérieuse, tandis que derrière elle, Meghan a une expression détendue et sereine.

Dans la deuxième bande-annonce, les choses allaient de mal en pis, comme l’explique encore Jack Royston : « Il y a un slogan, qui est le titre d’une couverture de magazine. Dans ce magazine, il y avait des photos de [Kate] ivre”. Une référence assez explicite, avec un soupçon de perfidie. Les photographies remontent à 2007, ou aux années où Kate a fréquenté St. Andrews, où elle a rencontré William, mais ont été publiées en 2018. Le photographe Max Butterworth et un prétendu ami universitaire de la future princesse de Galles les ont prises.

Une autre provocation ?

L’impression est que le cliché relatif au Commonwealth Day et la référence aux images de Kate Middleton brille ne sont pas le fruit du hasard, mais d’une stratégie précise pour démolir la réputation de la princesse, nous montrant certaines de ses faiblesses passées. Comme si les Sussex voulaient nous dire que Kate n’est pas la femme parfaite décrite par les journaux. Mais, d’ailleurs, les ducs ne peuvent certainement pas se définir sans péché. En effet, si les choses se passaient vraiment comme ça, peut-être pourrions-nous même remarquer une certaine envie envers Kate. La princesse a certes commis et commet encore des erreurs, ce qui arrive chaque jour à tous les habitants de cette planète, mais les Britanniques seraient prêts à leur pardonner, comme l’insouciance de la jeunesse. Ces photos pas tout à fait irréprochables l’ont également irritée reine Elizabethmais aujourd’hui ils sont remis en circulation à une vitesse sans surprise.

Il semblerait, bien qu’il n’y ait pour l’instant aucune preuve à cet égard, un coup bas de Harry et Meghan, qui, peut-être, oublient la passion légèrement alcoolisée du famille royale: des quatre verres par jour d’Elizabeth II (dont le gin et le Dubonnet, tous interdits par les médecins dans la dernière période de sa vie), aux goûts du prince Philip, qui adorait la bière : en 2000, lors d’un voyage en Italie, le duc de Édimbourg refusa le vin italien qui lui était offert et dit : “Donne moi une bière. Peu importe laquelle, du moment que c’est de la bière.” La reine mère Elizabeth Bowes Lyon adorait le gin et Charles III préférait le vin, les cocktails Martini et les whiskies écossais. Enfin, Harry lui-même, comme le rappelle Il Corriere.il, a admis qu’il avait des problèmes d’alcool et préférerait maintenant ne boire qu’une boisson énergisante, mais avec une goutte de vodka.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *