January 27, 2023
The Batman, il noir et ses autres âmes en streaming sur NOW


The Batman n’est que le dernier des longs métrages dédiés au personnage de Bob Kane, parmi ceux disponibles en streaming sur NOW : du noir à l’aventure, en passant par le camp, il y a toute une collection sur la plateforme dédiée à l’histoire cinématographique de la Homme chauve-souris.

Le Batman avec Robert Pattinsonrelire purement noir du mythe créé par Bob Kane, est disponible sur Sky et en flux sur À PRÉSENT
, mais son style particulier, capable d’oser la vraie morosité dans le cadre du cinecomic, n’est pas la seule interprétation de l’Homme chauve-souris disponible sur la plateforme. En effet, il est possible d’explorer les origines cinématographiques du personnage avec le Tim Burton Biologieen passant par le camp extrême avec le toucher de Joël Schumacherpour arriver à l’épopée de Christophe Nolan avec elle Trilogie du chevalier noir.

The Batman : le meilleur détective du monde selon Matt Reeves

Il y avait une indignation inévitable des fans à l’idée que leur Homme chauve-souris serait joué par Robert Pattinson, mais ceux qui ont suivi la carrière de l’acteur au fil des années savaient bien qu’il ne dédaignait pas de se mettre à l’épreuve, bien au-delà des débuts de Twilight. La Bruce Wayne Les tourmentés de Pattinson ont été décrits par le réalisateur et co-scénariste Matt Reeves comme “Kurt Cobain-like”, et en fait il est évident que Le Batman il n’éprouve aucune satisfaction à rendre la justice en tant que vigilantcraignait presque un monde impossible à racheterà commencer par lui-même.
C’est précisément pour cette raison que son pendant parfait est leRiddler porté à l’écran par Paul Dano: Le met au défi, lui et Gotham City, de découvrir quel lien il y a entre les riches et les personnes les plus en vue de la ville, toutes victimes de son des exécutions inquiétantes. Pour aller au fond du mystère, Bruce va être contraint de se replonger dans son passé traumatique, affrontant le patron de la mafia Carmine Falcone (Jean Turturro). Il rencontrera une possible âme sœur sur son chemin, Selina Kyle (Zoé Kravitz), mais seront-ils vraiment des âmes prêtes à se rencontrer ?
Avec l’intention expresse de récupérer la dimension”jaune” et noir du personnage, qui dans les bandes dessinées était également décrit comme “le meilleur détective du monde“, Reeves tisse un Fresque gothique de Gotham Cityà la recherche de classiques du genre tels que quartier chinois.
Encore un autre témoignage de la façon dont le même mythe peut vivre dans une quantité variée de styles et d’approches : Batman l’a déjà prouvé en 1989, après tout.

Regardez The Batman MAINTENANT

Batman et Batman Returns, la touche de Tim Burton pour Michael Keaton

Le jeune homme Tim Burtonavant-gardiste d’un Hollywood qui dans le les années quatre-vingt n’a pas dédaigné le grotesquevenait de signer Beetlejuice avec Michel Keaton lorsqu’il a été nommé par Warner Bros. pour amener l’homme chauve-souris au cinéma. Le résultat, la Homme chauve-souris arrivé au cinéma en 1989, ce fut un événement non négligeable à l’époque où la cinécomique n’était pas fondamentale pour la box-office comme aujourd’hui, en effet, il était souvent associé à Film B. Ce n’était pas un film de série B, l’affrontement entre les Bruce Wayne de Michael Keaton et mémorable Joker interprété avec une force histrionique irrépressible par Jack Nicholson. Kim Basingercomme Vicki Vale, a honoré un film devenu emblématique.

La touche de Burton, le “gentil macabre” comme certains l’ont défini, était cependant beaucoup plus évidente dans la suite, plus en phase avec sa poétique auctoriale et moins réussie : précisément pour cette raison à ne pas manquer avec le recul. Le retour de Batman (1992) ont vu Bruce aux prises avec le Pingouinun personnage déformé, cynique et fâché contre le monde, parfaitement rendu à l’écran par Danny De Vito. Dans une débauche de scènes visionnaires réinterprétées avec le style visuel de Burton, le Catwoman de Michelle Pfeifferavec un incroyable costume fait de patchs, presque une version plus adulte des merveilles qu’on aurait vues en stop-motion dans L’Étrange Noël de monsieur Jack.

Acide et autodérision : Batman de Joel Schumacher

Dans la seconde moitié des années 90, un fossé s’est creusé entre le Les fans de DC Comics et cinéma : Burton s’est réservé le rôle de producteur, laissant la réalisation des deux films suivants à Joël Schumacherpassé dans la contre-culture et adorateur du lysergique. Batman pour toujours (1995) à contre-pied : Keaton s’est appelé et le rôle du héros est passé à Val Kilmer“étudié” par le psychologue Chase Meridian (Nicole Kidman) et flanqué de Rouge-gorge (Chris O’Donnell). Dans un délire de néon, couleurs saturéescoups tordus et un avant-goût de auto-ironieles deux ennemis sont allés au-delà mais ont convaincu plus que le protagoniste : un Jim Carrey alias Riddlertriomphe de la grimace, et un tout aussi gigionesque Tommy Lee Jones comme, comment Deux faces. Fort.

Le véritable traumatisme hilarant, qui a suspendu toute adaptation pendant une décennie en proie à l’embarras, était le prochain Batman et Robin (1997) également de Schumacher : c’était George Clooneyqui rit encore du résultat, pour remplacer Kilmer dans le rôle de Wayne, alors que les ennemis qu’il affrontait étaient Monsieur Freeze (Arnold Schwarzenegger) Et Sumac vénéneux (Uma Thurman), dans un vortex collant totalement hors de contrôle. Alicia Silverstone regarda comme Fille chauve-sourismais les fans ont été horrifiés et peu complices de l’humour de Schumacher, qui a joué la fameuse carte d’un costume de Batman… avec des tétons !

Le retour du sérieux Batman : Christopher Nolan et Christian Bale

Un projet d’une tout autre envergure est le Trilogie du chevalier noir de Christophe Nolanoù incarner Bruce Wayne nous trouvons Christian Bale. Entre ses débuts fulgurants avec Memento et le remake américain d’Insomnia, Nolan faisait son chemin en tant que réalisateur capable de combiner box-office et paternitéEt Batman commence (2005) ont représenté une première étape d’un pari réussi. C’était une histoire d’origine pour le personnage, avec Wayne affrontant son ancien mentor Ra’s al Ghul (Liam Neeson), entouré d’acteurs de soutien d’une importance absolue : Michel Caïn comme Alfred, Morgan FREEMAN comme Lucius Fox, Gary Oldman (Sergent Gordon) e Katie Holmes (Rachel Dawes). Belle réussite, sérieux retrouvé, mais ce n’était qu’un avant-goût.

Le deuxième chapitre de la trilogie, Le Chevalier Noir (2008), est considéré par beaucoup comme l’un des meilleurs films consacrés au personnage et certainement le meilleur de Batman de Nolan. Elle tient aussi à une triste mythologie : Livre de santé, Joker déchaînée et inoubliable, déstabilisante pour Bruce et toute la société, il est mort après avoir fait le film mais avant de le voir terminé, obtenir un bien mérité Oscar posthume. Aaron Eckart (Harvey Dent / Deux faces) e Maggie Gyllenhaal (Rachel) fait de son mieux pour se faire remarquer, mais c’est le combat Batman-Joker qui domine le mythe. Succès dévastateur, avec les faveurs du public et de la critique.

Pas tout à fait aussi aimé, mais toujours très apprécié, le dernier chapitre de la trilogie, Le chevalier noir se lève (2012), où aux mains d’un très violent Fléau (Tom Hardy) le chaos règne en maître a Gotham Cityalors que même pas le Catwoman de Anne Hathaway parvient à éviter la descente de Bruce aux enfers, qui a aussi le chaos en lui. La durée remarquable et les nombreux thèmes mis sur la table éparpillent peut-être l’attention par rapport au film précédent, mais le film reste un clôture épique en crescendo une opération que peu seraient capables de reproduire.

Regardez tous les films Batman MAINTENANT





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *