January 27, 2023
La fête marocaine en Italie : Milan, Bologne, Turin, Florence


L’homme, un Marocain de 30 ans qui est intervenu pour interrompre une bagarre, est hospitalisé en code rouge après avoir été blessé à la gorge. 3 autres contusions mineures. Les principales villes de la péninsule envahies par les supporters des Lions de l’Atlas. À Loreto, où est né Cheddira, une pizza est créée en son honneur

La grande fête des supporters maghrébins qui ont envahi les rues de notre pays risque de tourner au drame à Milan. Vers 19 heures à Corso Buenos Aires, un Marocain de 30 ans serait intervenu pour régler un différend entre un groupe d’au moins cinq jeunes compatriotes, apparemment né pour des raisons anodines. Selon une première reconstitution, la victime blessée aurait accidentellement heurté un passant, un jeune homme probablement originaire d’Europe de l’Est et sans lien avec les célébrations en cours, qui, sans raison apparente, l’a poignardé puis s’est enfui en direction de Piazzale. Lorette. Admis à la Policlinico en code rouge, son état s’est aggravé après le résultat du scanner qui a mis en évidence une hémorragie interne. L’homme a ensuite été intubé par des médecins. Les carabiniers de la compagnie Milano Duomo sont intervenus sur place et mènent les investigations. En fin de soirée, des nouvelles sont arrivées de trois autres blessés légers, tous d’origine étrangère, impliqués dans diverses échauffourées. Le premier a subi des contusions au visage, le second une coupure lacérée contusionnée au front et une épaule est sortie en dernier. Au cours des différents services de prévention, la police d’État a bloqué un garçon ivre d’Europe de l’Est qui aurait jeté une bouteille sur les agents du département mobile et un autre, un Marocain de 25 ans, qui a été surpris en train d’exploser à Corso Buenos Aires dans un dangereux chemin et à plusieurs reprises des feux d’artifice. Tous deux ont été accompagnés via Fatebenefratelli pour les mesures habituelles.

la fête à milan

A Milan (où la communauté marocaine est la troisième plus peuplée après les roumaines et les albanaises), le Corso Buenos Aires a été submergé par les cortèges de supporters des Lions de l’Atlas, rappelant tant ce qui s’était passé le 22 mai avec les célébrations de le 19e Scudetto de Milan. Des grenades fumigènes, des pétards, des feux d’artifice, des tambours, des chants et des danses ainsi que de nombreux drapeaux nationaux et de nombreuses personnes portant les maillots des favoris de leur équipe. Presque un réveillon du Nouvel An précoce organisé par la communauté marocaine, avec environ 5 000 personnes célébrant l’occasion historique. Malheureusement ensuite les coups de couteau qui jettent une ombre sur les célébrations.

turin, bologne, florence

La fête est de retour à Turin aussi. 8 000 personnes ont afflué sur le Corso Giulio Cesare, y compris des trompettes et des chœurs. Avec des bombes fumigènes rouges, des drapeaux, des feux d’artifice, des pétards, ainsi que des T-shirts, des chapeaux et des écharpes aux couleurs de l’équipe, ils ont défilé en procession, criant et chantant de joie et jouant des tambours et des klaxons de voiture, de “Barriera di Milano”, quartier au nord de la ville, jusqu’à Porta Palazzo, vers le centre. Beaucoup de jeunes et des familles entières, malgré la soirée froide et brumeuse. Il y avait aussi de nombreux chants de taquineries contre l’ancien joueur de la Juventus, Cristiano Ronaldo. Scènes similaires à Bologne, où la Piazza Maggiore a été envahie par des drapeaux marocains et par de nombreuses personnes qui ont manifesté une joie irrépressible pour la qualification historique de l’équipe nationale en demi-finale. Sur la place, la fête n’est pas seulement celle de la communauté marocaine, mais celle de toute l’Afrique. Des feux d’artifice ont explosé, des bombes fumigènes ont explosé et il y a des enfants qui grimpent partout où vous pouvez grimper pour crier “nous avons marqué l’histoire”. De nombreux Italiens ont également célébré avec les Marocains. Les klaxons et les voitures sur les berges jusqu’au centre historique ont donné le coup d’envoi des célébrations des fans du Maroc à Florence. Toujours dans la capitale toscane, une centaine d’autres fans maghrébins ont fêté à pied entre la gare Santa Maria Novella, la Piazza del Duomo et la Piazza della Repubblica. Joie pour la qualification aussi à Lucca et dans la province. À Viareggio, tant sur la Promenade que sur les avenues du bord de mer et sur les places, la communauté des immigrés marocains a manifesté en allumant des bombes fumigènes et en agitant son drapeau national.

Pizza Cheddira

Dans les Marches, l’engouement pour la qualification du Maroc de Walid Cheddira en quart de finale a contaminé la ville de Loreto (où Walid est né) et la voisine Porto Recanati où Walid compte de nombreux amis. Cela a poussé un restaurateur local à inventer une pizza du monde dédiée à Cheddira, client historique du restaurant et ami du pizzaiolo marocain de Zia Emilia, Mohamed. Et les couleurs de la pizza au feu de bois « Walid Cheddira » semblent rappeler les couleurs du drapeau marocain : rouge avec une étoile verte au centre. Le vert de la roquette, les nuances rouges créées par le mélange cerise-crevette.

à Paris

La fête aussi à Paris sur les Champs-Elysées, tandis que les voitures aux drapeaux sifflent en klaxonnant dans toute la capitale, de la Bastille à la place de la Concorde. Après la victoire sur le Portugal, les supporters – des milliers rassemblés en banlieue, à Mantes-la-Jolie – ont afflué dans la capitale, notamment devant les clubs où, sur écrans géants, des dizaines ont regardé les dernières minutes du match. Au coup de sifflet final, les Marocains ont explosé de joie.

.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *