January 27, 2023
voici ce qu'ils sont – Libero Quotidiano



Daniel Dell’Orco

En Afrique, c’est inégalé. Le bras droit de Larguet, Rabie Takassa, a déménagé en Espagne pour nouer des relations avec des joueurs qui évoluent en Liga et dans les ligues inférieures et les précepter, comme cela est arrivé à l’ex-Siena Zouahir Feddal par exemple. Ce système a permis au pays de produire des talents en quantité, comme la star Hakim Ziyech de Chelsea, Sofyan Amrabat de la Fiorentina, Achraf Hakimi du PSG et Nous L’équipe nationale du Maroc est une Cendrillon, mais jusqu’à un certain point. Lors de la Coupe du monde au Qatar, elle est devenue l’équipe africaine à avoir disputé la meilleure phase de groupes de l’histoire d’une coupe du monde : 7 points et la première place, dans un groupe qui comprenait les vice-champions du monde, la Croatie et la Belgique, troisième de Russie 2018. De plus, ils ont atteint les quarts de finale pour la première fois de leur histoire, battant nul autre que l’Espagne.

Cependant, nous aimons le considérer comme une sorte de conte de fées, mais l’histoire du Maroc est bien plus que cela. Il a des talents de classe mondiale dans son équipe et a plus de dix ans de révolution technique derrière lui.

Qui est le vrai secret du Brésil : ce que peu savent du vert et de l'or

Pour comprendre les résultats d’aujourd’hui, il faut remonter au moins à 2009, date de la création au Maroc du réseau King’s Academy, les instances chargées de dénicher les jeunes talents marocains éligibles à l’équipe nationale parmi les 40 millions d’habitants. Mais ce n’est pas tout, car même dans cette grande diaspora de migrants disséminés dans le monde entier, et notamment en Europe, il était possible de pêcher et comment.

REGARD VEILLANT
Au fil des années, nombre d’entre eux sont passés sous l’œil attentif de Nasser Larguet, actuel directeur technique de l’Arabie Saoudite (hors du groupe mais protagoniste de la grande victoire face à l’Argentine), jusqu’alors patron du secteur jeunesse marseillais. C’est lui qui a lancé un projet de recherche capable de fonder le nouveau parcours du football marocain et ladite académie, inaugurée par le roi lui-même à l’extérieur de Rabat pour un investissement de 13 millions d’euros (et dans le reste du pays 500 nouveaux terrains ont été construits au cours des 10 dernières années pour le Bayern CÄT sair Mazraoui Tous ensemble aujourd’hui ils valent 300 millions Mais malgré de nombreuses stars, Walid Regragui était indispensable pour les valoriser également en équipe nationale, l’entraîneur recruté en août 2021 après avoir remporté les Champions d’Afrique avec le Wydad Casablanca (deuxième entraîneur marocain à soulever ce trophée). Lorsqu’il a pris la place du Bosniaque Vahid Halilhodzic dans son pays natal, beaucoup étaient sceptiques. Ils l’appelaient “monsieur avocat” à cause de sa calvitie. Mais maintenant, tout le monde a changé d’avis.

Syndrome de la Coupe du monde : des dizaines d'hospitalisations, un drame partout dans le monde

SENS PATRIOTIQUE
Avec son mélange de vitesse, de physique et de contre-attaque, combiné à un sens patriotique vraiment fort : le gardien Yassine Bounou, qui faisait ses débuts au Qatar, était tellement excité qu’après avoir chanté l’hymne national, il a eu le vertige et a dû s’asseoir sur le banc. . Ainsi, le groupe est devenu plus uni que jamais. Ziyech lui-même en est un exemple, étant donné qu’il avait rompu avec son prédécesseur qui l’accusait de peu d’engagement envers le maillot alors que maintenant avec Regragui il ne fait pratiquement plus qu’un avec le maillot marocain. Le reste est fait par la préparation obsessionnelle symbolisée par la victoire aux tirs au but face à la Roja. Avant Qatar 2022, Luis Enrique avait déclaré : « J’ai dit à mes joueurs d’arriver à la Coupe du monde avec mille penaltys tirés à l’entraînement. Je ne suis pas une loterie, c’est une question de compétence.” C’est vrai, en fait le Maroc a gagné. Avec le rôle du héros joué par Bounou (dit Bono), qui n’a plus eu le vertige et a sauvé deux penaltys (en plus du poteau de Sarabia). Mais lui et sa défense sont solides même dans les minutes réglementaires, étant donné que le but contre son camp de son coéquipier Nayef Aguerd lors du troisième match de poule contre le Canada (gagné 2-1) est le seul but encaissé par Bono, invaincu lors des autres rencontres disputées au Qatar. contre la Croatie et précisément l’Espagne. Quelqu’un a déjà rappelé le but contre son camp de Zaccardo, l’invincible Buffone et le triomphe de l’Italie en 2006.

Écoutez “J’aime regarder les autres tomber” sur Spreaker.

.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *