January 27, 2023
The Bad Guy, la critique de la série télévisée italienne Prime Video avec Luigi Lo Cascio :: Blog on Today









Le jeudi 8 décembre, les 3 premiers des six épisodes de la première saison de la première saison sont sortis sur Prime Video Le méchantla série télévisée italienne Amazon Original mettant en vedette le très bon Louis LoCascio (Les cent marches Et La meilleure jeunesse pour ne citer que ses films les plus connus).


Ayant eu la chance de voir les trois premiers épisodes en avant-première, on peut dire – sans trop craindre de se tromper – qu’avec Le méchantaprès Bang Bang bébé Et Prisme, Amazon Prime Video a produit un autre petit bijou fabriqué en Italie. Donc, si vous êtes curieux de savoir si Le méchant est la bonne série pour vous, continuez à lire cette critique, en commençant par le résumé sans spoilers de l’intrigue.


De quoi parle The Bad Guy


Dans la première scène, comme il résonne drapeau blanc de Franco Battiato, on entend une explosion, on voit des décombres tomber (sacrilège !) dans un oursin et on entend un homme crier, avant de le voir, notre Lo Cascio, faisant des pompes avec les cheveux longs, en short et un T -shirt dans une maison qui semble abandonnée.


Et tout de suite après on comprend ce qui se passe : à l’extérieur de la maison surplombant la mer il y a une équipe d’agents du ROS qui tentent d’entrer dans le bâtiment, et l’explosion précédente était une mine qui a arraché le pied d’un des agents. De la caserne, ils demandent une explication au commandant, qui raconte ce qui s’est passé puis se tourne vers Lo Cascio, l’appelant Balduccio Remora et disant que “je sais qui tu es vraiment, tu sais qui je suis, je vais t’en donner cinq, en fait dix secondes et puis j’entrerai, et si une autre mine explose, sache que ta sœur va la perdre”. Bref halètement de Lo Cascio, qui commence alors à s’expliquer.



Sa véritable identité n’est pas celle de Balduccio Remora, un patron mafieux en fuite, mais celle de Nino Scotellaro, un juge qui s’est battu contre la mafia mais qui, après avoir été piégé et accusé d’être un mafieux, a décidé de devenir celui dont ils l’accusaient. .être, ou plutôt “le méchant”, le méchant.


Et puis flashback huit ans plus tôt, lorsque le juge Scotellaro tente de retrouver et de capturer Mariano Suro, le patron des patrons, instigateur de centaines de meurtres dont celui du juge Bray, père de Luvi Bray, épouse de Scotellaro et avocat de pas exactement transparent Les politiciens. Nino est l’enquêteur “rebelle” classique, avec ses méthodes particulières, son arrogance et son flair d’investigation qui n’est pas affecté par la rhinite chronique.


Grâce à ses méthodes, il apprend d’un autre patron de la prison où se trouve l’entrepôt de Suro, et Nino envoie sa sœur Leonarda, un agent du ROS, pour nous laisser entrer dans une caméra à partir de laquelle découvrir ce qu’il y a dans ce bâtiment. Une opération pour capturer Mariano Suro commence alors, mais lorsqu’elle échoue, Nino convoquera une conférence de presse pour dire que “soit Suro a des fesses, soit il a des super pouvoirs, soit quelqu’un l’avertit à chaque fois qu’on est sur le point de le capturer”.


Sauf que, quelques jours plus tard, sa sœur écoute des écoutes téléphoniques et découvre que plusieurs patrons de la mafia parlent de son frère comme d’un homme à la solde de la Cosa Nostra. Et, incroyablement, Nino est arrêté. On s’arrête ici pour ne pas spoiler, en vous invitant à regarder la bande-annonce de Le méchant.



Parce que vous ne pouvez pas manquer The Bad Guy


Oui c’est vrai, comme dans Bang Bang bébé aussi dans Le méchant le thème sous-jacent, la pègre, est un classique de la fiction italienne : bref, Amazon a joué la sécurité, n’a pas risqué grand-chose avec cette série.


Mais il existe un moyen et un moyen de faire des films et des séries télévisées sur la mafia, et un moyen de Le méchant est la bonne à bien des égards. D’abord pour l’originalité de l’histoire, située dans une Italie à certains égards “alternative” (le pont sur le détroit de Messine est une réalité) mais pour d’autres – que nous n’allons pas spoiler – tristement familières.


Et ainsi, comme dans les grands films mafieux américains, nous nous retrouvons du côté d’un criminel, quoique sui generis, conforté par le fait que le criminel en question conserve néanmoins la morale et l’éthique de sa vie antérieure. Et même s’il est étrange de penser à Peppino Impastato jouant le rôle d’un patron, Lo Cascio ne peut pas être reconnu comme une autre performance extraordinaire en tant qu’acteur.


Le casting de The Bad Guy


Et qu’on se le dise, il n’y a pas que Lo Cascio qui offre une performance exceptionnelle, car tout le casting est à des niveaux très élevés : Claudia Pandolfi (Luvi) est poignante, Selene Caramazza (Leonarda) est jubilatoire, Vincenzo Pirrotta (Salvatore Tracina) est magnétique, et ainsi de suite jusqu’aux personnages secondaires (et on a hâte de découvrir les nouveaux personnages dans les trois derniers volets qui sortiront le 15 décembre).





Bref, la série créée et écrite par Ludovica Rampoldi, Davide Serino et Giuseppe G. Stasi et réalisée par Giancarlo Fontana et Giuseppe G. Stasi est une véritable perle, dans laquelle adrénaline et ironie alternent et se mélangent, drame et action, amour et vendetta. . Une histoire captivante, dont on a hâte de voir l’épilogue, et tant qu’on y est, on aimerait faire une “proposition impossible à refuser” à Prime Video : donnez-nous au moins une deuxième saison de Le méchant et personne ne sera blessé…


Note : 9








.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *