January 30, 2023
la série italienne avec tout à l'intérieur arrive sur Prime Video


Les trois premiers épisodes amusants et intrigants de The Bad Guy avec Luigi Lo Cascio font leurs débuts en streaming aujourd’hui sur Prime Video, une nouvelle série originale italienne, qui mélange des références hautes et basses avec irrévérence et une créativité téméraire pour raconter une mafia ultrapop sans précédent et un peu rire.

Nino Scotellaro (Louis LoCascio) est procureur de la République de Palerme. Il est très bon, passionné, arrogant, narcissique, égocentrique : “mais j’ai aussi des défauts”, dit-il. Sa femme est Luvi Bray (Claudia Pandolfi), fille de son mentor, un magistrat explosé par la mafia alors qu’il se trouvait sur un bateau, sur lequel tournent des feuilletons télévisés. Luvi travaille aussi dans la Justice, même si elle a choisi d’être avocate de la défense, et elle est très bonne, au point d’acquitter un ministre qui sent la corruption.
Nino est considéré comme un héros de la lutte contre la mafia et est obsédé par la capture Mariano Suro, le patron des patrons de Cosa Nostra, seulement que du jour au lendemain, suite à une interception (surprise par sa propre soeur, qui est un agent Ros très coriace), une interception dans laquelle il était dit que Nino ” è Cosa Nostra », de héros il se transforme en mafieux, en méchant. Dans un Mauvais garçon.
Et Nino, audacieusement parvenu à s’évader de prison, disons simplement qu’un certain pont dont on parle y est pour quelque chose, décidera de se transformer en ce méchant que l’opinion publique a fait de lui, en assumant l’identité du petit garçon Balduccio Remora, pour se venger de ceux qui l’ont piégé : Mariano Suro.

Comme vous l’avez peut-être compris, nous l’espérons, de ces quelques lignes introductives, qui ont également essayé d’éviter toute forme de spoiler, et des images de la bande-annonce officielle, inside The Bad Guy – Série italienne Amazon Original dont les trois premiers épisodes sont disponibles en streaming sur Prime Vidéos à partir du 8 décembre, tandis que les trois suivants feront leurs débuts le 15 du même mois – il y a tout.
“De Falcone aux Simpson, de Bo Jack Horseman à Une journée au tribunal”, raconte Giuseppe G. Stasi, qui a réalisé la série avec Giancarlo Fontana. Parce que The Bad Guy est fun, rapide, coloré, ultrapop, impitoyable, plein d’humour.
“Dans la salle des écrivains, nous avons eu le champ libre”, poursuit la Stasi, “et avant de nous mettre sérieusement au travail, nous avons commencé par une heure de bêtises, comme disait Scarpelli”.
Dans la salle des écrivains, avec la Stasi et Fontana, se trouvaient les deux scénaristes qui Le méchant ils l’ont imaginée avec Stase, puis écrit après toutes ces conneries ; deux des noms les plus importants de l’écriture pour le cinéma et la télévision aujourd’hui : Ludovica Rampoldi et Davide Serino.
“Nous pensons que faire de la comédie peut aussi signifier traiter des choses dramatiques, et peut-être encore des blessures ouvertes, avec un ton léger et exagéré”, déclare Rampoldi à propos du ton de cette série, qu’il définit comme “un peu stupideparce que l’histoire pourrait être dramatique et très lourde », si on l’aborde sous d’autres angles.
« Le fait est que nous ne sommes pas capables d’être sérieux : Ludovica et Davide ont compris notre capacité et se sont ajustés en conséquence », commente la Stasi, tandis que pour Fontana « le scénario était si beau que Giuseppe et moi ne pouvions qu’empirer les choses. Le point de départ était trop haut, alors nous avons essayé : de le gâcher ».

Regardez The Bad Guy sur Prime Video maintenant

Blague à part, il commente Rampoldi“La Stasi et Fontana sont capables de contourner le grotesque sans jamais y aboutir”.
Aussi à cause du contenu sérieux, dans Le méchant, il y en a en effet. “Nous parlons de notre besoin de créer des héros », dit Rampoldi, « des héros qui absout notre incapacité à mener une bataille, qui la font pour nous. De ces héros”, poursuit le scénariste, “les plus chanceux sont ceux qui meurent, car celui qui reste sur le piédestal sur lequel nous l’avons placé commence bientôt à être détesté. Parce que nous n’aimons pas ceux qui sont plus élevés que nous, et ils nous rappellent nos défauts, et donc nous les renversons et les traînons dans la boue”. Une dynamique, celle décrite par Ludovica Rampoldi, qui dans notre pays est fréquente, régulière, dans les domaines les plus divers de la vie publique et privée.
“Dans Le méchant on met les personnages devant des choix impossibles, on les met dans de très mauvaises situations”, ajoute-t-il Sérine, selon laquelle « le méchant, l’ennemi est en nous. Le véritable ennemi est de se transformer en son ennemi juré, et face à cet ennemi, le choix est de l’affronter ou de se transformer en lui ». C’est exactement, d’après ce que nous avons vu dans les trois premiers épisodes de la série, le grand défi auquel est confronté Nino Scotellaro de Louis LoCascio.

Le grand défi de Le méchantpourtant, dans un pays qui sait être scélérat mais aussi moraliste comme le nôtre, c’était affronter une réalité douloureuse avec le courage de la transfigurer et de la rendre surréaliste et presque comique. “Le slob était un phare pour nous”, commente-t-il Rampoldi. “Nous nous sommes beaucoup amusés à prendre des éléments réels, comme ceux que nous avons déduits de 1800 pages de documents qu’un journaliste anti-mafia très sérieux nous a fait parvenir, et à les tordre dans une tonalité qui accentue leur ridicule.. Nous nous sommes aussi amusés à imaginer le fameux Pont sur le détroit. Le moralisme et la morale alors », poursuit le scénariste, « sont au centre de notre histoire. On s’est posé des questions mais on a drogué les réponses. Au fond, même Nino est une crapule avec un grand narcissisme, mais ça va”. Car, conclut Rampoldi, “désacraliser le bien est la première étape pour vraiment le faire”.

Regardez The Bad Guy sur Prime Video maintenant

L'affiche du méchant





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *