January 27, 2023


Image d'actualité (Teleborsa) – Dans la phase actuelle de transformation du monde du travail, la le bien-être des entreprises est un outil important un disposition des organisations. L’urgence Covid a donné lieu au phénomène de “grosse démission” et un chiffre d’affaires accéléré, attirant l’attention des entreprises sur la nécessité de structurer des politiques de rétention efficaces motiver les employés et continuer à attirer les talents.

Les services sociaux complètent la composante salariale et assumer un rôle de plus en plus apprécié par les salariés et les employeurs. Ils ont, en effet, pour objectif de améliorer la vie privée des personnes, avec des effets positifs sur le sentiment d’appartenance à l’entreprise. Aussi, ils sont exonéré d’un point de vue fiscal et contributives, donc, à coût égal pour les entreprises, prennent une plus grande valeur en termes de pouvoir d’achat pour les salariés.

Aussi WINDTREdans les dernières années, a pointé avec conviction dans cette direction, à la fois avec des plans sociaux supplémentaires en plus du salaire, et avec la possibilité de transformer la prime de production en services sociaux. Comme il l’explique Manuela Giustidirecteur de la gestion des ressources humaines et de la rémunération de l’entreprise, “de toute façon, il s’agit des initiatives très appréciées par nos collaborateursnotamment pour les caractéristiques de flexibilité, personnalisation et possibilité de choix qui permettent de répondre aux différents besoins, individuels et familiaux. Dans le cas des régimes complémentaires, par exemple, 85 % du crédit d’aide sociale a été converti en bons achatsou, utilisable chez divers partenaires, remboursement des frais de 10 % pour i les frais de scolarité ou de transport. Les 5 % restants ont été alloués à Caisse de retraite complémentaire oh forfaits voyage et divertissement. L’opportunité de transformer la prime de production en aide sociale a en revanche été saluée par deux salariés sur dix, notamment avec des membres de la famille à charge, pour activer les remboursements de frais ».

En 2022, WINDTRE a également choisi d’assurer le bien-être par le biais de bons de carburant, grâce à l’opportunité offerte par Décret sur les aides bis. “Nous avons attribué à tous les employés le montant maximum payable, égal à 200 euros“, poursuit le dirigeant. ” La possibilité d’accorder un crédit sous forme de chèques carburant totalement exonérés de cotisations et de taxes a été évaluée favorablement par nos collaborateurs et est également une bonne nouvelle pour l’entreprise “.

Des mesures gouvernementales comme celle-ci ont certainement contribué à stimuler les initiatives des entreprises, ainsi qu’à le relèvement du plafond des avantages sociauxportée à 600 euros avec le décret d’aide bis puis plus loin étendu jusqu’à 3 000 euros avec le décret sur les aides quater.

WINDTRE – ajoute Giusti – dans ce cas également, il a pris des mesures immédiates pour tirer le meilleur parti de cette opportunité, dans la bonne fenêtre de temps, en déboursant à tout son peuple 300 euros en bons d’achat. Une contribution concrète qui, en cette année difficile, s’est ajoutée à celle des chèques carburant. Ce que nous croyons souhaitable est que de tels instrumentsi, à partir de l’augmentation des avantages sociaux ainsi que de la possibilité de dépenser des factures pour les services publics domestiques, sont rendues structurelles et éventuellement étendu à de nouveaux types de dépenses, par exemple la formation individuelle, qui joue un rôle clé dans un contexte où la mise à jour des compétences est indispensable pour suivre l’évolution du marché du travail, ou les dépenses vétérinaires, un besoin de plus en plus ressenti. Mais aussi des incitations à la lecture qui vont au-delà du remboursement des manuels scolaires des enfants, ou à l’activité physique même dans des structures non affiliées, ce qui aurait des bénéfices sur la sphère psycho-physique des salariés”.

“UN simplification de la législation régir les régimes sociaux en ce sens serait un outil utile permettre aux employeurs d’adapter leurs programmes de rémunération complémentaire en temps opportun, également en fonction des besoins des personnes dans l’entreprise et des changements actuels et futurs du contexte socio-économique. En effet, grâce à l’aide sociale – conclut Manuela Giusti – les institutions et les entreprises peuvent concrètement contribuer à améliorer le bien-être des employés et des famillessurtout dans une phase délicate comme celle que nous traversons”.

(Téléscripteur) 07-12-2022 14:28



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *