January 30, 2023
a menacé de quitter la Coupe du monde - Corriere.it


de Salvatore Riggio

«Record» l’écrit: tout se serait passé lors d’une furieuse querelle avec l’entraîneur Santos, une fois qu’il a appris qu’il allait sur le banc. Mais la Fédération portugaise dément

Pas de paix pour Cristiano Ronaldo dans cette Coupe du monde, la cinquième de sa carrière. Après avoir appris du sélectionneur du Portugal, Fernando Santos, qu’il serait sur le banc en huitièmes de finale contre la Suisse (victoire 6-1), il aurait menacé de quitter le Qatar, comme le rapporte le journal portugais «Record». Mais il nie. Il le fait à travers Instagram, où il partage une photo avec ses coéquipiers et l’accompagne de la phrase suivante : « Un groupe trop uni pour être brisé par des forces extérieures – lit le message -. Une nation trop courageuse pour être effrayée par un quelconque adversaire. Une équipe au sens propre du terme, qui se battra pour le rêve jusqu’au bout ! Croyez avec nous ! Allez, Portugal !”

La reconstitution de “Record” a également été démentie par la Fédération portugaise de football avec une note : “A aucun moment le capitaine de l’équipe nationale, Cristiano Ronaldo, a menacé de quitter l’équipe nationale lors de son camp d’entraînement au Qatar. Ronaldo construit chaque jour un cursus unique au service de l’équipe nationale et du pays, qui doit être respecté et qui atteste du degré d’engagement indiscutable de l’équipe nationale. Le degré d’engagement du joueur le plus capé du Portugal s’est de nouveau démontré lors de la victoire contre la Suisse, en huitièmes de finale. L’équipe nationale – les joueurs, les entraîneurs et la structure fédérale – est, comme elle l’a été depuis le premier jour, pleinement engagée et enthousiaste dans la construction de ce que le pays veut être la meilleure participation du Portugal à un championnat du monde”, peut-on lire.

Pour Cristiano Ronaldo, libre et avec une seule offre en main, celle de l’Arabie Saoudite (très riche oui, mais loin des grandes scènes de foot), le moment est vraiment difficile. A commencé par la fameuse interview contre Manchester United et son entraîneur, Erik ten Hag, avec qui il a eu une très mauvaise relation dès le premier jour. Cela a conduit à une conclusion précoce de son contrat et a également entraîné le vestiaire portugais vers des dérives dangereuses, avec des polémiques et des rumeurs de scissions internes qui menaçaient sa solidité, comme le salut froid – à vrai dire, précisé plus tard par les deux protagonistes – avec Bruno Fernandes dans la retraite du Portugal. Enfin, les insultes planétaires de Cristiano Ronaldo à Fernando Santos lors de son remplacement face à la Corée du Sud, un épisode qui a poussé le sélectionneur à le reléguer justement sur le banc en 8e de finale avec la Suisse. Et maintenant, avant ce match (où la qualification pour les quarts de finale a été obtenue avec le surprenant Maroc), on parle du face-à-face féroce entre CR7 et le coach lusitanien.

Selon la reconstitution, le joueur aurait confronté l’entraîneur, l’accusant de s’être incliné devant l’opinion publique (qui selon certains sondages demandait l’exclusion des possesseurs de CR7 avec des pourcentages allant jusqu’à 70%), le menaçant même de ne pas se rendre au banc et de quitter le National. Au lieu de cela, il s’est présenté contre la Suisse, mais le lendemain, il n’a pas voulu s’entraîner, alors qu’il aurait dû le faire avec les remplaçants, restant dans le gymnase avec les titulaires, démontrant une fois de plus son désaccord avec les choix de l’entraîneur. Et maintenant le deuxième banc d’affilée, contre le Marocest presque une certitude. Espace pour Goncalo Ramos, auteur d’un triplé en huitièmes de finale.

8 décembre 2022 (changement 8 décembre 2022 | 15:04)



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *