February 4, 2023
Maroc-Espagne, deux peuples adversaires depuis des siècles se battent aujourd'hui pour la gloire au Mondial |  Aldo Cazzullo


de Aldo Cazzullo

Il n’y a pas deux peuples dans l’histoire qui se soient affrontés pendant autant de siècles et avec autant de férocité que les Marocains et les Espagnols. C’est pourquoi le match d’aujourd’hui à la Coupe du monde au Qatar n’est pas qu’un match de football

Aux jours les plus sanglants de la guerre civile, un soldat marocain combattant avec les franquistes a été surpris par un officier avec la tête d’un ennemi républicain cachée dans son pantalon ; il expliqua qu’il n’avait pas eu le temps d’arracher ses dents en or et qu’il comptait le faire lentement.
L’officier l’a fait fusiller.
Son ordonnance lui demande des explications : Après tout, nous aussi tuons les républicains.
vrai – répondit l’officier -. Mais il était toujours espagnol. Tué par un marocain.

(Le témoin de l’épisode était un jeune volontaire italien, Edgardo Sognoqui le racontera bien des années plus tard).

Il n’y a pas deux peuples dans l’histoire qui se soient affrontés pendant autant de siècles et avec autant de férocité que les Marocains et les Espagnols ; et aussi intense qu’il annonce aujourd’hui le huitième de finale de la Coupe du monde, à Doha
ne sera qu’un pâle semblant des duels que se livrent les ancêtres des footballeurs sur le terrain.

François Franco il s’est trempé dans la guerre contre les Marocains, conquérant cette aura chanceuse – le baraka — qu’en fera le Caudillo d’Espagne ? Au début de la guerre civile, il fait venir du Maroc l’ossature de son armée sur des avions allemands, dont les troupes coloniales de Tercio. Mais cela faisait mille ans, depuis l’époque du Cid Campeador, que les Espagnols et les Maures croisaient le fer; et juste devant un tableau du Cid (qui serait Sidimonsieur, en arabe) qui ont massacré les infidèles Franco a mûri la conviction de mener une bataille pour la civilisation chrétienne occidentale.

Si pour cette raison, le Cid ne faisait que répliquer le modèle de Santiago Matamoros : saint Jacques, celui du pèlerinage, serait personnellement intervenu à cheval dans la bataille de Clavijo (23 mai 844), massacrant les Maures et donnant la victoire aux Chrétiens.

Évidemment, il serait inapproprié d’identifier directement ce que les Espagnols appelaient décédés avec ce que nous appelons maintenant les Marocains. Mais ouais Dante, en racontant la folle fuite d’Ulysse, mentionne l’Espagne et le Maroc, Séville et Ceuta, les confins occidentaux du monde connu. Et certainement les califes de Cordoue et de Grenade, contre lesquels les Castillans ont mené les batailles de la Reconquista, étaient apparentés aux souverains de Fès et de Marrakech (d’où dérive le nom de Maroc).

Après la chute de Grenadequi eut lieu en cette même fatidique 1492 où Christophe Colomb débarqua en Amérique sur la route de l’Ulysse de Dante, les Maures furent forcés de se convertir ou de fuir.

Avec le temps, les Espagnols ont mené la guerre en Afrique. Une partie du Maroc est devenue leur colonie. Et quand les Européens se sont retirés, Le roi Hassan II a ordonné la marche verte: une vague de Marocains précédée du Coran envahit le Sahara espagnol, l’arrachant aux nomades sahariens.

Aujourd’hui encore, les deux pays séparés par le détroit de Gibraltar ont un différend ouvert: L’Espagne conserve sur le territoire marocain les enclaves de Ceuta et Melillasouvent défendu par des tirs de migrants qui tentent d’entrer et d’être accueillis en Europe.

Pour le Maroc, c’est un problème de voir le drapeau espagnol sur deux places fortes qu’il considère comme les siennes, et aussi d’être traversé par des caravanes arrivant d’Afrique noire qui parfois, ne pouvant franchir la frontière, finissent par camper en dehors des villes marocaines et vivent de leur intelligence.

De tout cela Gavi, Pedri et les autres enfants espagnols qui ont grandi avec le football et Playstation s’en foutent (bien que Gavi d’Andalousie et Pedri des îles Canaries, donc du Maroc soient opposés).

possible que leurs collègues marocains relèvent le défi historique d’aujourd’hui quelques gouttes de plus d’énergie et de colère.

Les affrontements mondiaux inspirent souvent une double rhétorique : celle qui les charge de significations politiques, culturelles, littéraires ; et celui qui réduit tout à un match de football.

Nous verrons bientôt si Espagne-Maroc juste un match de football.

6 décembre 2022 (changement 6 décembre 2022 | 09:24)



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *