January 27, 2023
aulatribunale.jpg


La il se mord les bras et se fracture les deux épaules après l’avoir fait tomber au sol et sursauter furieusement : le propriétaire du chien, un gros molosse, et son assurance condamné à verser environ 95 000 euros de dommages et intérêts et 23 000 euros de frais de justice et de contentieux.

Les faits remontent à 2017 lorsque l’homme était intervenu pour défendre son caniche de l’agression d’un dogue qui entre-temps l’avait attaqué juste devant sa boutique juste à l’extérieur des murs de Lucca. Le gros chien, selon les procès-verbaux, a été sans laisse ni muselièreet s’est montré très agressif, et lorsque l’homme a essayé de sauver son caniche, il s’en est pris à lui et à sa femme qui emmenait le chien faire ses besoins dans un parterre de fleurs à proximité.

La morsure au bras et le tirage continu et répété du molosse avaient a fait tomber l’homme au sol et de manière désorganisée au point de provoquer des fractures aux deux épaules et seule l’intervention de quelques passants puis du propriétaire a empêché le pire.

Moments de véritable panique et terreur où le molosse s’en prend d’abord au caniche, puis à la dame et enfin au mari qui est celui qui a eu le plus mal. Inévitable le le recours aux soins médicaux et le suivi des litiges devant les tribunaux. L’issue d’éventuelles poursuites pénales contre le propriétaire du Molossian pour les blessures subies par les victimes et le caniche n’est pas connue pour le moment.

Maintenant, 5 ans après les faits, le la Cour d’appel de Florence a établi dans le procès au fond la somme définitive que l’assurance du propriétaire du Molossian et celle-ci doivent verser aux époux et propriétaires du caniche pour tous les préjudices financiers et non financiers subis : les juges Cecchi, Caporali et Severi dans l’arrêt d’appel publié le 25 novembre dernier ont établi que l’homme sera indemnisé d’environ 92 000 euros plus les intérêts et la femme d’environ 1 500 euros de plus intérêts, pour blessures et soins de santé et psychologiques, en outre, environ 23 milliers d’euros de frais de justice et de jugement devront également être payés. Il s’agit de la décision de deuxième instance qui a annulé la décision précédente du tribunal de Lucca.

Le collège des avocats a été formé par les avocats Lorenzo Susini, Gino Mannocci et Andrea Giorgi. La phrase se lit comme suit: “En tout cas, les hypothèses formulées par le tribunal de Lucques selon lesquelles l’homme pourrait être tombé au sol non pas parce que heurté par le gros chien mais parce qu’il aurait pu perdre l’équilibre ou trébucher pour tenter de sauver son propre chien de l’agression, ils permettent néanmoins, selon le critère d’établir le lien de causalité en termes de plus probable qu’improbable, de établir un lien de causalité entre les blessures subies par l’homme et l’agression du chien essendo probabile che lo stesso possa avere perso l’equilibrio o essere inciampato per la concitazione dovuta al tentativo di sottrarre il proprio barboncino di piccola taglia al morso del cane altrui e non per altre ipotesi (la cui maggior probabilità) spettava a parte appellata allegare e démontrer. Le fait qu’il s’agissait d’une seule chute est présumément nié par les blessures subies par l’homme qui a subi des fractures aux deux épaules”. La molosse il se serait échappé du portail de la maison en profitant de son ouverture mais cela n’a pas permis d’intégrer le soi-disant « cas fortuit » considéré par la cour d’appel comme « abstraitement inexistant ». Le procès au fond est donc terminé et sauf recours en cassation en cassation, la sentence de ces derniers jours deviendra définitive et les victimes seront indemnisées des dommages et intérêts selon les indications des juges de seconde instance.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *