January 31, 2023
Fedez et ces blagues sur les handicapés qui ne sont tout simplement pas drôles


Il y a quelques jours, je suis tombé sur des commentaires sur un podcast hébergé par Fedez appelé “Muschio Selvaggio”. J’ai décidé de faire entendre ma voix sur le sujet, déjà débattu et au centre de pas mal de polémiques. Lors d’un épisode, Emanuel Stoica, un tiktoker de Sma qui utilise un fauteuil roulant électrique, a été invité. Les questions liées au handicap ont été abordées, en partie de manière quelque peu superficielle et clichée, malheureusement parfois aussi avec des déclarations sérieuses et irrespectueuses. L’idée qui a guidé le débat est qu’on peut ironiser sur le handicap mais, à mon avis, c’est une chose d’ironiser, c’en est une autre de ridiculiser et de banaliser ; de plus, c’est une chose de parler à titre personnel, c’en est une autre d’être aussi le porte-parole des autres.

Le podcast s’est ouvert sur le cliché habituel selon lequel nous pouvons tous être handicapés et Fedez a déclaré : “Quelqu’un qui n’est pas bon en maths a des capacités différentes“. Ne pas bien faire dans un sujet n’est absolument pas comparable à un handicap causé par une pathologie invalidante. Une deuxième déclaration de Fedez, approuvée par son interlocuteur, était: “On peut dire que les personnes handicapées se divisent en deux catégories : les chanceux qui ont accepté la maladie et les inc**, parfois à juste titre, qui n’acceptent pas la maladie“. Emanuel a répondu oui. Je pense qu’il est très dangereux de catégoriser les gens, car c’est trop réducteur et superficiel. La question est plus complexe, car il y a des personnes handicapées qui, en raison de leurs pathologies, sont incapables de communiquer et d’exprimer leurs sentiments. Nous pensons aussi à l’extrême, à ceux qui sont dans un état végétatif et dont nous ne saurons jamais s’ils ont accepté leur condition. Dans quelle catégorie insérons-nous ceux qui ne peuvent pas s’exprimer avec des mots ? Puis Emanuel a abordé la question de subventions économiques destinées aux handicapés en prononçant cette déclaration : “Avec plus de 1 000 euros par mois, soit plus qu’un salaire normal, qui vous fait aller travailler ?“.

En bref, il a soutenu qu’il n’est pas commode de travailler, mais qu’il vaut mieux vivre des subventions. Sans entrer dans le fond du droit au travail, à la dignité de la personne et à l’épanouissement personnel, je tiens à rappeler que ce n’est pas vraiment le cas. Par exemple, avec l’accompagnement et la pension d’invalidité, je reçois environ 1 200 euros par mois (seulement dans certaines régions il y a d’autres cotisations). Pour pouvoir mener une vie indépendante, il faudrait plus de 3 000 euros par mois pour payer des assistants personnels, auxquels il faut ajouter d’autres dépenses, telles que le loyer, l’électricité, le gaz, la nourriture, etc. et il atteint facilement plus de 5 000 euros. Je vous garantis que nous ne verrons jamais de toute notre vie d’invalide cette somme. Après cette analyse très grossière, Fedez a fait une blague en disant : “Chance désactivée“. Avoir une pathologie n’est absolument pas une fortune, il est certes possible de vivre sereinement, mais c’est une autre affaire. Quand on se retrouve handicapé, il faut essayer d’affronter la vie de front et d’avancer, mais ce n’est pas simple et tout le monde n’y arrive pas, c’est pourquoi je ne pense pas qu’il soit acceptable de plaisanter sur ce point. c’est-à-dire “une escorte gratuite payée par l’État”.

Au lieu de cela, l’assistant sexuel est une sorte de sexologue-psychologue qui doit guider les personnes handicapées à gérer leurs pulsions et à avoir une sexualité plus équilibrée. De plus, en Italie, le profil professionnel ne prévoit pas de relations sexuelles avec le patient. Par conséquent, dans ce cas également, des informations erronées ont été fournies. La cerise sur le gâteau est venue de Fedez lorsqu’il a ajouté une phrase qui a ajouté de l’huile sur le feu en disant : “Les femmes handicapées veulent être s *** e“. Mais c’est avec la réponse très sérieuse d’Emanuel qu’il touche le fond : “Au moins tu n’as pas à dire à une femme handicapée de rester tranquille“. Prononcer ces propos, c’est sous-entendre qu’il est plus facile d’avoir des relations consensuelles avec des femmes handicapées, incitant en quelque sorte à des actes de violence contre les femmes handicapées. présence de crimes. Emanuel prétend être un militant pour les droits des personnes handicapées, mais où sont ses devoirs, sa contribution ? Quand on parle à des amis, on peut peut-être avoir un langage de bar sportif mais, devant des milliers de personnes qui ne le font pas connais le handicap, il faut être très prudent et mesurer chaque mot.

Nous, militants, avons l’obligation de donner des informations précises sans manquer de respect à personne. Cela me dérange de voir des gens célèbres commencer à parler de handicap sans même savoir ce qu’ils disent et sans vérifier leurs dires. Il a également été dit qu’il n’y a pas de limite à ne pas franchir en matière de handicap, mais que nous l’établissons. Mais inciter à la violence contre les femmes est une si mauvaise chose que je pense que ce type devrait simplement s’excuser. Le fait qu’un personnage aussi populaire et suivi que Fedez ait endossé ces déclarations sans s’y opposer est également grave. Chacun peut avoir son opinion, mais lorsqu’on parle au nom des autres, il faut se respecter, comparer les différents points de vue et ensuite faire une analyse. En matière de handicap, vous pouvez utiliser un peu d’ironie, mais toujours avec grâce et intelligence. Une information erronée ne fait qu’alimenter certains préjugés et clichés sur les personnes handicapées. Les paroles hâtives d’Emanuel risquent de piétiner de nombreuses années de batailles pour les droits des personnes handicapées.

Mattia Abbé, l’auteur de cette chronique, souffre de la myopathie de Duchenne. “Cet espace – dit-il – a été créé pour aider ceux qui vivent avec des difficultés de toutes sortes à y faire face et offrir aux personnes en bonne santé un point de vue différent sur la réalité qui les entoure”. Signalez un problème ou racontez une histoire positive de handicap à l’adresse e-mail postacelere.mi@repubblica.it ou écrivez à Mattia sur Instagram www.instagram.com/abbate_mattia/





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *