February 4, 2023
Juventus, interceptions : "C'est comme Calciopoli, mais on l'a créé nous-mêmes..."


de Simona Lorenzetti et Massimiliano Nerozzi

Les dialogues interceptés qui ont conduit à la démission du conseil d’administration, d’Agnelli à Nedved en passant par Arrivabene: «Nous supercazzoliamo Consob de toute façon…». « Une seule comparaison : Calciopoli. Il y avait le monde entier qui tirait contre nous, nous avons créé cela pour nous-mêmes»

“Beaucoup nous supercazzoliamo Consob», a déclaré le directeur financier de la Juve Stefano Cerrato à un confrère en évoquant l’échange avec Marseille Tongya/Aké qui lui a valu une plus-value de 8 millions. L’interception est datée du 15 octobre 2021 et l’inspection par l’organe de contrôle, qui a commencé trois mois plus tôt, est maintenant dans sa phase finale. Mais elle avait été le déclencheur de la demande d’écoutes téléphoniques signée par l’adjoint Marco Gianoglio et par les procureurs Mario Bendoni et Ciro Santoriello. L’objet de la vérification sont les plus-values ​​présumées sur les joueurs. Et au cours de ces mois, une série d’appels téléphoniques a été déclenchée au cours desquels les dirigeants ont parlé librement de ce qui se passait et ont étudié des manœuvres défensives pour sortir indemnes de cette vérification.. Ignorant que, depuis le 14 juillet, la police des finances est à l’écoute.

C’est à partir des appels téléphoniques interceptés qu’il ressortirait comment La Juve espère endiguer la Consob, ou plutôt “supercazzolare” les inspecteurs. L’expression, d’Amici Miei, est précisément celle de Cerrato. Après avoir évoqué l’affaire Arthur-Pjanic avec son prédécesseur Stefano Bertola (responsable du secteur d’activité), il décroche le téléphone pour faire la même chose avec l’auditeur d’Ernst&Young, Roberto Grossi, pour lui dire qu’il a préparé le rapport : « Je pense que cependant, il serait approprié de leur donner (à Consob, ndlr) une référence plus ou moins à une norme comptable ou quelque chose, c’est-à-dire, puis-je les supercazzola d’une manière plus raffinée ? Au lieu de simplement dire ça ?” Il s’agit de notes qui, selon les magistrats, auraient été rédigées précisément avec l’aide de l’auditeur : une prétendue rédaction conjointe qui serait confirmée par une nouvelle écoute téléphonique le 26 octobre.

Le moment est délicat, car les inspecteurs soulèvent des contestations sur le principe comptable de l’échange. Le souvenir – selon les documents saisis – aurait été envoyé à l’auditeur par e-mail “pour le partager”. Et le lendemain, Grossi conseille à Cerrato de ne pas utiliser le terme « hasard », qui « est trop fort », mais de préférer « subjectivité ». Et il ajoute : “Ne dites pas que vous n’utilisez pas le Transfermarkt, dites que vous le faites parfois.” Tous les dialogues capturés par les financiers, qui un mois plus tard se présenteront aux bureaux de la Juve avec un mandat de perquisition signé par les procureurs.

Morale : intercepter les dirigeants de la Juventus lors de l’inspection de la Consob s’avérera extrêmement précieux pour les enquêteurs qui défient désormais la direction du club — Andrea Agnelli, Pavel Nedved et Maurizio Arrivabene et d’autres managers — fausses communications d’entreprise pour trois états financiers (de 2018 à 2020), obstacle à la supervision, trucage et fausses factures. Sont incriminés les prétendues “plus-values ​​artificielles” et les “manœuvres salariales” sur le report des mensualités dues aux joueurs dans les mois de la pandémie. Et ce sont les plus-values ​​qui sont au centre d’une longue conversation entre le directeur sportif Federico Cherubini et Bertola. Le 22 juillet au soir, les deux hommes réservent une table au restaurant Cornoler, à deux pas du centre et de l’ancien QG de la Juventus. Peu avant le rendez-vous, les militaires du noyau de la police économique et financière parviennent à planter les bogues. Ce sera la seule interception environnementale de l’enquête, mais l’une des plus productives, d’un point de vue enquêteur, avec plus de trois heures de conversation captées.

Évidemment, on parle de football et d’affaires, de plus-values ​​et du chef de la zone technique Fabio Paratici, qui avait quitté le club il y a quelques jours. “J’ai dit à Fabio (Paratici, ndlr) : c’est une méthode légale mais tu as poussé trop fort”, raconte Cherubini. « Et il m’a répondu : “On s’en fout, parce que dans les échanges si tu mets 4 ou mets 10 c’est pareil, personne ne peut rien te dire”». Le directeur sportif insiste : “Fabio avait une carte gratuite”. La discussion est telle que Bertola confie : « La situation est vraiment délicate. En 15 ans je ne fais qu’une seule comparaison : Calciopoli. Il y avait le monde entier qui tirait contre nous, mais nous avons créé celui-ci pour nous-mêmes».

Des propos sans équivoque pour les enquêteurs, mais qui selon une interprétation défensive pourraient avoir une autre interprétation : un parallèle entre les difficultés du club dans la période post Calciopoli – avec les joueurs en cavale et l’équipe en B – et l’actuelle, avec le Chaos Superlega et les budgets en crise à cause de Covid. Bertola n’est jamais allée parler aux magistrats. Pour l’instant, les écoutes téléphoniques parlent pour lui et les autres suspects. Comme celle d’un autre manager qui insiste sur la nécessité de donner des réponses à la Consob car on ne peut pas dire aux inspecteurs que « les états financiers sont un acte de foi ».

Sur Instagram

Nous sommes aussi sur Instagram, suivez-nous : https://www.instagram.com/corriere.torino/?hl=it

La newsletter du Corriere Torino

Si vous souhaitez rester informé de l’actualité de Turin et du Piémont, abonnez-vous gratuitement à la newsletter du Corriere Torino. Arrive directement dans votre boîte de réception à 7h du matin tous les jours. Cliquez ici

01 décembre 2022 ( modifier 01 décembre 2022 | 09:19)

© REPRODUCTION RÉSERVÉE





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *