January 31, 2023
Juventus, Agnelli part.  L'ensemble du conseil démissionne.  Gianluca Ferrero sera président - Football


L’ensemble du conseil d’administration de la Juventus a démissionné hier soir. La décision prise à l’unanimité découle de l’implication dans l’enquête Prisma pour fausse comptabilité et des objections de la Consob. Andrea Agnelli quitte la présidence après 12 ans.
Il s’agit de Gianluca Ferrero, comptable, commissaire aux comptes, maire et directeur de diverses sociétés, l’homme qu’Exor, la holding de la famille Agnelli qui contrôle la Juventus, désignera comme président de la société noire et blanche. Ferrero – explique Exor – possède une solide expérience et les compétences techniques nécessaires, ainsi qu’une véritable passion pour le club de la Juventus, qui font de lui la personne la plus apte à occuper le poste. Exor communiquera la liste complète des candidats au renouvellement du conseil d’administration dans les termes de la loi, soit 25 jours avant la réunion du 18 janvier.

A la Bourse, la Juve perdait 2,8% à 0,27 euro, récupérant une partie des pertes enregistrées en début de séance, tandis qu’Exor perdait 0,2% à Amsterdam à 74,38 euros.

Twist à la Juventus. L’ensemble du conseil d’administration, à commencer par le président Andrea Agnelli, a démissionné dans la soirée. Une décision prise à l’issue d’une longue réunion du conseil extraordinaire convoquée dans l’après-midi à la Continassa. Dans la documentation examinée par le conseil « les nouveaux avis juridiques et comptables des experts indépendants désignés aux fins d’apprécier les points critiques relevés par la Consob sur les comptes de la société au 30 juin 2021 » ; dans la journée, le conseil de la Juventus “a réexaminé les objections du parquet près le tribunal de Turin, les manquements et criticités détectés par la Consob et les remarques soulevées par le cabinet d’audit Deloitte&Touche”. Ainsi se termine l’ère d’Agnelli, 12 ans à la tête du club, avec neuf championnats consécutifs, d’autres trophées, deux finales de Ligue des champions, un coup sensationnel comme la signature de Cristiano Ronaldo. Et puis la parabole descendante avec l’enquête sur les comptes, dans le collimateur des magistrats, les « manœuvres salariales » et les plus-values ​​et les critiques de la Consob. Une période troublée, avec compte lourdement dans le rouge, -253 millions cette année après la perte de 209 millions l’année précédente, et très amer même sur le terrain avec l’équipe éliminée de la Ligue des champions déjà en phase de groupes et très loin du leader Napoli en championnat.

Et la grogne des supporters, critiques de la direction notamment pour la décision de confier à nouveau l’équipe à l’entraîneur Allegri. Des démarches, judiciaires, avec les perquisitions de la Guardia di Finanza, et de la Bourse, qui ont provoqué le report de l’assemblée générale à deux reprises, d’abord reportée de fin octobre au 23 novembre puis au 27 décembre. Un signal d’alarme que quelque chose d’inhabituel se passait. La direction, qui avait déjà présenté ses contre-déductions à l’organe de surveillance de la Bourse, a été convaincue de se tourner vers d’autres experts. Et c’est précisément à partir des accusations du parquet de Turin et des observations de la Consob que la longue réflexion qui a conduit le conseil d’administration de la Juventus à présenter sa démission, demandant uniquement au directeur général Maurizio Arrivabene de rester dans son rôle dans le phase de transition jusqu’au 18 janvier 2023, date de la convocation de l’assemblée générale qui devra approuver le nouveau conseil d’administration. Mais dans le club de la Juventus, toujours considéré comme un bloc de granit, la compacité a fait défaut, Agnelli lui-même l’a clairement indiqué dans la lettre ouverte diffusée dans la soirée au plus fort du cyclone.: “Quand l’équipe n’est pas compacte, elle prête son flanc à l’adversaire et cela peut être fatal. A ce moment – a écrit le président de la Juventus – il faut être lucide et contenir les dégâts : nous sommes face à un moment délicat d’un point de vue corporatif et la compacité a moins. Il vaut mieux laisser tout le monde ensemble, en donnant la possibilité à une nouvelle formation de renverser ce jeu”. Une nouvelle ère s’ouvre donc dans l’histoire de la Juventus. Si les noms de Del Piero et Chiellini gagnent du terrain dans le bouche à oreille des fans, tandis que les rumeurs grandissent sur un rôle pour Alessandro Nasi, la première étape est la nomination de Maurizio Scanavino au poste de directeur généralet, une mission que le conseil d’administration sortant lui confie « afin de renforcer la direction de l’entreprise ». Scanavino conservera cependant ses fonctions au sein du groupe Gedi, dont il est le directeur général.

Avant que l’ensemble du conseil ne décide de partir, il y a eu la démission de Daniela Marilungo, « administratrice non exécutive et indépendante de la société » et membre du comité de contrôle et des risques et du comité ESG (environnement social et gouvernance d’entreprise). “Dr Marilungo – lit la note publiée dans la soirée par la Juventus – a justifié sa démission en invoquant l’impossibilité d’exercer son mandat avec sérénité et indépendance aussi, mais pas seulement, du fait qu’elle estime ne pas avoir été placée en position de pouvoir pleinement “agir en connaissance de cause” face à des problèmes d’une certaine complexité. Le conseil d’administration a pris note des commentaires du Dr Marilungo, sans les partager”.

Un groupe de journalistes et quelques ultras noirs et blancs se sont rassemblés devant le siège de la Juventus au stade Continassa tard dans la soirée suite à la démission de l’ensemble du conseil d’administration. Le siège de l’entreprise, avec les lumières intérieures allumées comme d’habitude, est désormais désert. Les collaborateurs du cabinet présidentiel sont sortis derniers.

“Enfin une bonne nouvelle.” “Nous reviendrons aussi beaux que nous l’étions. Avanti Curva Sud”. Et encore : “Enfin tout le monde est sorti maintenant nous attendons la démission d’Allegri. Nous reviendrons”. L’état d’esprit des fans de la Juventus après l’annonce de la démission du conseil d’administration et du président Andrea Agnelli circule sur les pages sociales des ultras de la Curva Sud Juventus. Entre les franges les plus extrémistes de la courbe de l’Allianz Stadium et le club, il y a eu du sang froid depuis un certain temps, surtout après que le club de la Juventus ait signalé à la police les attitudes des groupes violents des groupes ultras, qui se sont retrouvés dans la dernière bannière. enquête qui a conduit à la condamnation des dirigeants historiques de la Curva Sud.Une seule photo est apparue sur la page officielle des ultras ces heures-ci avec le secteur complet avec des bannières telles que Drughi et Tradizione. Ci-dessous les commentaires, par dizaines, dans lesquels le fait est souligné que sans le président Agnelli nous pourrons désormais revenir dans le coin. “La courbe sud se réjouit”. “Enfin une bonne nouvelle, jusqu’à la fin.”

.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *